Élection à la présidence de la Caf : Jacques Anouma déballe « Servir le football africain »

Jacques Bernard Daniel Anouma, candidat ivoirien à la présidence de la Confédération africaine de football (Caf) ne lâche rien au passage pour atteindre son objectif.

 

Deux jours après avoir rassuré l’opinion, notamment la presse locale qui ne le sentait pas trop sur le terrain, il monte au créneau de nouveau ce vendredi 19 février, à l’auditorium du ministère des Affaires étrangères, au Plateau, pour présenter officiellement son remède contre les maux qui minent le sport-roi continental. « A cette occasion, je vais remettre officiellement une copie de mon projet à tous ceux qui le désirent », a indiqué Jacques Anouma. Avant de rassurer.

« En effet depuis l’annonce de ma candidature, le 21 décembre 2020, beaucoup s’inquiétaient de mon silence. Certains en connaissent les raisons. Mais aujourd’hui, je suis d’attaque. Nous allons reprendre le bâton de pèlerin. Mon équipe de campagne était présente sur le terrain. Vous avez aussi vu le déploiement diplomatique », a-t-il indiqué. Avant d’affirmer haut et fort : « Je suis d’attaque ! »

Ancien président de la Fédération ivoirienne de football (Fif), de l’Union des fédérations ouest-africaine de football (Ufoa) et membre de la Caf et de la Fifa Jacques Anouma sait que « pour ce genre d’aventures, on ne s’engage pas seul. Chacun y va avec ses soldats et ses hommes. C’est une équipe et chacun doit occuper un couloir. Nous devons attaquer ensemble et défendre ensemble », dixit Jacques Anouma.

Le candidat ivoirien porté par tout le pays veut surtout compter sur les hommes de média de son pays. Il faut l’avouer, M. Anouma se présente comme une alternative crédible pour remettre le football africain dans le sens de la marche. « J’ai trouvé des solutions pour que cette institution soit remise sur les rails. Elle a connu des moments plus glorieux que ce à quoi on assiste aujourd’hui. Assumer la présidence de la Caf est une affaire sérieuse. Ce n’est pas une affaire personnelle. C’est un aboutissement. Mes chances de gagner le prochain scrutin présidentiel de l’instance dirigeante du football continental sont réelles », avoue Jacques Anouma.

L’Ivoirien vient surtout avec une nouvelle vision, une stratégie de développement pertinente, claire et cohérente. Un projet novateur axé sur trois grands principes : modernité, responsabilité et transparence. Passage obligé pour le renouveau du football africain.

Source : Fraternité Matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *