Disparition : SAMBA COULIBALY, L’INTRÉPIDE ATTAQUANT TIRE SA RÉVÉRENCE

Samba Coulibaly n’est plus. L’ancien joueur du Djoliba est décédé le lundi 6 mai, à Kayes des suites d’une courte maladie. Selon une source proche de sa famille, Samba Coulibaly est mort à la suite «d’un petit malaise» et son corps a été transporté 48h plus tard à Bamako. Les funérailles de l’ancien attaquant des Rouges se sont déroulées le mercredi 8 mai dans son quartier natal de N’Tomikorobougou et c’est une foule nombreuse, composée de parents, de camarades d’enfance, de responsables sportifs et d’anciens coéquipiers qui a accompagné le défunt à sa dernière demeure au cimetière d’Hamdallaye. Samba Coulibaly qui était âgé de 61 ans, laisse derrière lui, une veuve et huit enfants inconsolables.


Coéquipier de Samba Coulibaly au Djoliba, Fanyeri Diarra se souvient d’un homme très humble dans la vie, de «quelqu’un qui n’avait aucun problème avec les gens». «Nous avons joué ensemble au Djoliba pendant plusieurs années, pour moi, Samba Coulibaly était l’un des attaquants les plus rapides et les plus audacieux de l’histoire du football malien», témoigne Fanyeri Diarra. Celui qui préside aujourd’hui aux destinés de la sélection nationale des moins de 23 ans renchérira : «La philosophie de Samba Coulibaly était toujours d’attaquer l’adversaire le premier. Il faisait ça pour se mettre en confiance, aussi, c’est quelqu’un qui ne trichait pas sur un terrain de football. Il n’avait pas peur de l’effort, bref, résumera l’ancien international, c’était un battant».
Selon Fanyeri Diarra, Samba Coulibaly a été contraint de mettre fin à sa carrière, à cause des blessures à répétition. «Si je ne me trompe pas, c’était dans les années 80 et depuis, il a décroché avec le monde du football pour se consacrer aux affaires», indique son ancien coéquipier, en précisant qu’il avait perdu les traces de Samba Coulibaly depuis plusieurs années.
Dors en paix, Samba Coulibaly !
Souleymane B. TOUBKARA

Source: L’Essor- Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *