Crise du football malien : Le CONOR s’est-il fourvoyé ?

La décision était impatiemment attendue. Elle est désormais tombée. Le Comité de Normalisation de la Fédération Malienne de Football a décidé de reconnaître le tournoi de montée en première Division organisé par le secrétaire général, Ségui Kanté.


En tout cas, le CONOR a envoyé une correspondance de félicitations, datant du lundi 19 février et signée par la présidente du CONOR, Mme Daou Fatoumata Guindo à l’AS Performance de Kabala ainsi qu’à Yeelen Olympique. Les deux formations sont désormais des clubs de première Division.
La reconnaissance du tournoi de montée provoque cependant une question principale : le CONOR viole-t-il les textes ?
Interrogeons les statuts de la Fédération malienne de football pour y voir clair. L’article 73, à son alinéa 2, dispose que «le nombre de clubs devant évoluer en ligue 1 est fixé par le Comité Exécutif» et l’alinéa 3 enchaîne que «la décision d’augmenter ou de réduire le nombre de clubs n’est applicable qu’après un préavis d’un an».
L’année dernière, 18 clubs ont participé au Championnat national qui n’est pas arrivé à son terme. Or «En cas de non achèvement du Championnat national pour une cause quelconque, le titre de champion est déclaré vacant», mentionne le texte à son l’aliéna 4 de l’article 73. Et force est de constater que la fin de la saison 2016-2017 aucun club n’a été déclaré champion et ni relégué en division inférieure.
Par conséquent, le CONOR prend la décision d’augmenter le nombre de clubs en Ligue 1 sans se conformer aux conditions édictées par l’article 73.3, c’est-à-dire «un préavis d’un an» .
Nous avons souhaité échanger avec les membres du CONOR, qui se sont  malheureusement dérobés de la presse.

Ousmane CAMARA

Par Le Témoin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *