CHAN Rwanda 2016: Les Aigles, au bout du possible !

Même si une défaite est toujours amère surtout lors d’une finale, les Aigles du Mali, méritent amplement leur deuxième place dans ce Championnat d’Afrique des Nations.

aigle mali chan aeroport modibo keita bamako

Battus par le score de 3 buts à 0 ce dimanche 7 Février 2016, les poulains du technicien Djibril Dramé ont quand même tout donné pour faire plaisir au public sportif malien. Mais l’absence de championnat depuis un certain temps a rendu les jambes des Aigles très lourdes en finale et ce fut un naufrage face à cette équipe Congolaise bien entraînée et déterminée. Qu’à cela ne tienne, les Aigles du Mali ont eu droit à un accueil chaleureux à l’Aéroport International Modibo Kéita de Bamako-Sénou.

Qui aurait cru avant le début de cette compétition que le Mali se hisserait en finale et serait la deuxième meilleure Nation d’Afrique après la République Démocratique du Congo ? Et pourtant, cela fut une réalité et nous la vivons actuellement. Malgré les difficultés dans les préparatifs de l’équipe, composée que de joueurs locaux qui ne sont pas dans des compétitions à cause des querelles intestines au sein de la Fédération malienne de football, Djibril Dramé et ses protégés ont vaillamment défendu les couleurs nationales. 2ème dans une poule compliquée, composée de la Zambie, du Zimbabwe et de l’Ouganda, le Mali s’est hissé en quarts de finale et a affronté la Tunisie dont le championnat n’est pas comparable au nôtre. Au bout d’un match fou, car, mené au score depuis le 1er quart d’heures, les Aigles ont pu égaliser et créer la différence en toute fin de match. Le score final fut de 2 buts à 1 pour le Mali. Après cette étape difficile, le Mali devait rencontrer la Côte d’Ivoire en demi-finale. Ce fut un rendez-vous avec pleins de suspens qui a tenu toutes ses promesses. Ainsi, après un match palpitant avec des occasions nettes ratées des deux côtés, les Aigles sont arrivé finalement à briser le rêve des Eléphants en marquant un but en toute fin du match (89ème minutes de jeu).

En finale, il fallait prendre les Léopards. A savoir qu’un Eléphant n’est pas égal à un Léopard. Après avoir brisé le rêve des Eléphants en demi-finale, il fallait une nouvelle stratégie pour dépouiller les Léopards. Mais héla, les protégés  de Florent Ibengué n’ont pas cédé face aux assauts de Sékou Koita et de Mamadou Coulibaly. Même la montée de Kwamé N’Guéssan et de Yves Bissouma n’a pas fait peur aux Léopards en pleines forme et confiants, supportés par un stade Amahoro de Kigali plein à craquer ce dimanche 7 Février. C’est ainsi que la défense malienne, menée par le jeune Abdoul Danté n’a pas malheureusement pu contenir les assauts des attaquants congolais. Ainsi sous une pluie battante, Mechak Elia, l’élier congolais, qui était l’homme le plus en forme des Léopards a joué un grand rôle dans la chute des Aigles, puisqu’ayant trouvé par deux fois le chemin des filets de Djigui Diarra. Et au bout du compte, le Mali est battu par 3 buts à 0.

Pour la deuxième fois en 4 éditions, la RDC est sur le toit de l’Afrique. Cela ne surprend guère car, c’est dans ce pays où se trouve le club le plus puissant d’Afrique : Le Tout Puissant Mazembé.

Les responsables du football malien tireront sûrement des enseignements dans cette chute au plus mauvais moment. Perdre la finale est plus douloureuse que de quitter la compétition avant la finale. Que le ministère des Sports et la Fédération Malienne de Football (FEMAFOOT) envisagent la professionnalisation du championnat national Ligue 1 pour que nos joueurs puissent dépasser le niveau de ceux des pays du Maghreb et de certains pays de l’Afrique Centrale et australe ou du moins être dans le peloton des grandes Nations du football africain.

 

Alfousseini Togo

Source: Le Canard de la Venise

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *