Championnat national : LE STADE MALIEN PREND LE LARGE

Vainqueurs 1-0 du Djoliba dans le choc au sommet de la 13è journée, les Blancs creusent l’écart en tête et comptent, désormais, 9 points d’avance sur leur dauphin et victime du jour

Stade malien Djoliba super coupe national mali bamako

Une victoire à 9 points. Le Stade malien l’a réalisée, le dimanche 18 juin, au stade Modibo Keïta. Leader au classement, l’équipe de Sotuba a battu le deuxième, le Djoliba (1-0), au compte de la 13è journée du championnat national et compte, désormais 35 points, contre 26 unités pour sa victime du jour. A quatre journées de la fin de la phase aller du championnat, les joueurs de Mamoutou Kané «Mourlé» prennent ainsi le large en tête du classement et une question taraude les esprits : le Stade malien n’a-t-il pas tué la compétition ? Non, répond le technicien stadiste, «Mourlé» qui estime que rien n’est encore joué. «9 points d’écart, ce n’est rien. Il reste encore beaucoup de matches. Nous devons continuer à travailler et à jouer», a réagi l’ancien international.
De son côté, l’entraîneur du Djoliba, Fanyeri Diarra, pense que le titre du championnat est loin d’être joué et affiche son optimisme, malgré les 9 points qu’il doit rattraper pour espérer renverser la vapeur. «La phase aller n’est même pas finie. Nous allons continuer à préparer et à jouer notre chance», dira le technicien, alors que le capitaine des Rouges, Seydou Diallo, martèlera que l’équipe croit au titre. «Nous pensons toujours au titre. 9 points, ce n’est pas un écart insurmontable», appuiera-t-il. C’est vrai que l’écart de 9 points n’est insurmontable, mais le problème est que le Djoliba n’a plus son destin en main, du moins, dans son mano à mano avec le Stade malien. Autrement dit, une victoire contre le grand rival stadiste, lors de la manche retour ne suffira pas aux Rouges pour refaire leur retard et, éventuellement, passer devant l’actuel leader du classement. Il faudra que les Stadistes lâchent des points contre d’autres équipes et qu’en même temps, les Djolibistes enchaînent des victoires.
Or, jusque-là, l’équipe de Hérémakono peine à marquer des buts et l’on peut se demander si les protégés de Fanyeri Diarra sont capables d’engranger le maximum de points, lors des prochaines journées. Tout indique donc que le Stade malien, toujours invaincu en championnat, est le grand favori de la compétition et un nouveau sacre se profile à l’horizon. En tout cas, la formation de Sotuba a beaucoup d’atouts qui plaident pour elle : l’expérience du groupe, sa régularité, la qualité de l’effectif. Ceux qui en doutaient, se sont rendu à l’évidence, dimanche, à l’issue du premier choc de la saison. Dans un stade Modibo Keïta presque rempli (environ 24.000 spectateurs), le match a démarré sur les chapeaux de roue pour les deux protagonistes. Dominateurs dans le jeu, les Blancs sonnent la première alerte, après six minutes de jeu seulement (tentative d’Aboubacar Diarra repoussée par le gardien Adama Keïta). Et dès la deuxième alerte, les Stadistes débloquent le tableau d’affichage. Le milieu récupérateur, Moussa Coulibaly «Baco», sert l’ailier, Aboubacar Diarra qui déborde, avant de centrer pour N’Tji Amadou Samaké qui marque du plat du pied (13è min, 1-0).
Intraitable en défense et percutant devant, le Stade malien impose son rythme à l’adversaire et rate le break aux 32è et 35è min par l’intermédiaire de Mandala Konté. La première période se déroulera presque à sens unique et les Rouges pouvaient s’estimer heureux de n’avoir encaissé qu’un but en 45 min. En tout cas, le gardien stadiste, Djigui Diarra a passé une mi-temps tranquille et n’a pas été menacé, une seule fois par les attaquants de Hérémakono. A l’inverse, son homologue du Djoliba, Adama Keïta a été très sollicité et a dû s’employer, à plusieurs reprises, pour sauver sa cage. A travers sa prestation, Adama Keïta a prouvé qu’il reste l’un des meilleurs gardiens du Mali. Son ancien partenaire au COB, Aboubacar Diarra, peut en témoigner, lui qui a vu son penalty dévié en corner, après la reprise (49è min).
Ce penalty raté a eu le mérite de réveiller les Djolibistes. Sous la houlette des deux milieux de terrain, Soumaïla Sidibé et Mamadou Kouyaté, l’équipe de Hérémakono montrera un autre visage, au retour des vestiaires. Plus présents dans le jeu, les protégés de Fanyeri Diarra prennent, enfin, la mesure de leurs adversaires et commencent à développer des actions offensives. Malheureusement, le capitaine Seydou Diallo et ses partenaires pécheront dans la finition et ne parviendront, jamais, à trouver la faille dans la défense stadiste. En fait, les Rouges ne sont pas créés d’occasions franches de but, mais ils ont réussi à revenir dans le match et empêcher les Blancs de continuer à faire cavalier seul.
En deuxième heure, le Réal a dominé le Sonni sur le score sans appel de 3-0, alors que l’USC Kita a assuré le service minimum, à domicile, face à LC. BA. Désormais, l’équipe de Kita compte 26 points, à égalité avec le COB qui a chuté devant l’ASOM (1-2). Toutefois, l’USC Kita dispose d’une meilleure différence de buts qui lui permet de se hisser à la 3è place du classement.
En grandes difficultés depuis le début du championnat, le CSK s’est donné une bouffée d’oxygène, en dominant (2-0) les Onze Créateurs de Niaréla.
Le feu d’artifice de cette 13è journée est à mettre à l’actif du Nianan qui a écrasé l’US Bougouni (5-1) au stade Mamadou Diarra H. L’autre représentant de la ligue de Koulikoro, le CSD, a également réalisé une bonne opération, en dominant (2-0) le promu du district de Bamako, l’AS Black stars. Quant au Mamahira de Kati, il est venu s’imposer (1-0) à Bamako face à l’ASB, alors que l’AS Bakaridjan et l’USFAS se sont neutralisées (1-1) à Barouéli.

Ladji M. DIABY

Dimanche 18 juin au stade Modibo Keïta
Djoliba-Stade malien : 1-0
But de N’Tji Amadou Samaké (13è min)
Arbitrage de Gaoussou Kané, assisté d’Amadou B. Guissé et Brehima Konaté.
Djoliba : Adama Keïta, Boubacar Traoré (Moussa Sissoko, 58è min), Nouhoum Kané, Abdoulaye Diaby, Seydou Diallo (cap), Mamadou Kouyaté, Soumaïla Sidibé (Mamadou Sow, 83è min), Siaka Bagayoko, Oumar Kida, Mohamed B. Traoré, Cheick Tidiane Niang (Aliou Dieng). Entraîneur : Fanyeri Diarra.
Stade malien : Djigui Diarra (cap), Oumar Koné, Mamadou Doumbia, Marius Hamed Assoko, Issaka Samaké, Mandala Konté, Moussa Coulibaly, Aboubacar Diarra (Moussakoye Diallo, 75è min), Gouné Niangadou, N’Tji Amadou Samké (Yacouba Songué, 69è min), Amara Mallé. Entraîneur : Mamoutou Kané.

LES RéSULTATS
ASB-Mamahira : 0-1
CSD-AS Black star : 2-0
USC Kita-LCBA : 1-0
COB-ASOM : 1-2
Onze Créateurs-CSK : 0-2
AS Bakaridjan-USFAS : 1-1
Nianan-US Bougouni : 5-1
Djoliba-Stade malien : 0-1
Réal-Sonni : 3-0

LE PROGRAMME DE LA 14è JOURNEE
Mercredi 21 juin au Stade Modibo Keïta
16h30 : Onze Créateurs-Djoliba
18h30 : USFAS-COB
Jeudi 22 juin au stade Modibo Keïta
16h30 : Stade malien-AS Black star
18h30 : CSK-LCBA
A Koulikoro
Nianan-USC Kita
A Kati
Mamahira-CSD
A Mopti
Sonni-AS Bakaridjan
Vendredi 23 juin au stade Modibo Keïta
16h30 : ASOM-Réal

L’AS BAKARIDJAN LÂCHE ENCORE DES POINTS

Il n’y a eu ni vainqueur, ni vaincu dans la rencontre qui a opposé l’AS Bakarydjan à l’USFAS, dimanche, au stade municipal de Barouéli. Les deux équipes se sont quittées dos à dos (1-1), Sambou Sissoko ayant répliqué sur penalty (86è min) à Hamidou Konaté qui avait ouvert le score pour l’AS Bakaridjan, peu après l’heure de jeu (64è min). Dans cette rencontre, chaque équipe a eu sa mi-temps. La première période a été dominée par les visiteurs, tandis que la deuxième a été à l’avantage des locaux.
Ce sont les militaires qui ont allumé la première mèche de la partie. Lancé dans le dos de la défense adverse par un partenaire, l’attaquant Boubacar Dembélé se présente, seul, devant le keeper de Barouéli, avant d’expédier le ballon dans les nuages (10è min). Un avertissement sans frais pour les protégés du coach Sékou Seck.
Dans la foulée, Moussa Diarra obtient, à son tour, la balle de l’ouverture du score pour l’USFAS. Mais il échoue sur le keeper de Barouéli, Almamy Sogoba (15è min). Malgré le soutien d’un public totalement acquis à sa cause, l’AS Bakaridjan n’arrive pas à se libérer et à construire son jeu. Les militaires continuent leur légère domination jusqu’à la demi-heure et la première tentative des locaux. Suite à une belle action collective, Hamidou Konaté s’ouvre le chemin des buts, mais rate le cadre, alors que tout le stade voyait le cuir au fond des filets de Komadjan Keïta (32è min). Ce sera le dernier de la première période.
Au retour des vestiaires, l’USFAS prend, encore, l’initiative du jeu à son compte, avant de sonner la première alerte. Boubacar Dembélé se débarrasse de son garde du corps et envoie une frappe puissante qui s’écrase sur la transversale du gardien Almamy Sogoba (55è min). La réplique de l’AS Bakaridjan sera immédiate : le milieu offensif Koké Kanadjigui exécute un coup franc vicieux qui oblige Komandjan Keïta à se détendre pour claquer le ballon en corner (60è min). Ce ne sera que partie remise pour Guimbala Tounkara et ses partenaires car, quatre minutes plus tard, Hamidou Konaté ouvre le score pour l’AS Bakarydjan.
A la réception d’un centre parfait de Koké Kanadjigui, l’avant-centre de Barouéli saute plus haut que tout le monde pour placer une tête imparable (64è min, 1-0). Galvanisés par ce but, les protégés de Sékou Seck accentuent la pression sur la défense militaire, cherchant, coûte que coûte, à réaliser le break. C’était sans compter avec la vigilance de l’arrière-garde de l’USFAS, bien emmenée par le keeper Komandjan Keïta.
A l’entame du dernier quart d’heure, le technicien usfasien, Ibrim Diallo, lance trois joueurs offensifs dans le grand bain. L’intégration de ces trois joueurs change, complètement, la donne pour les visiteurs qui prennent le jeu à leur compte. Ce qui devait arriver arriva, à quatre minutes de la fin du temps réglementaire, avec l’égalisation signée Sambou Sissoko.
Suite à une faute du latéral gauche de Barouéli sur Issa Camara, le référé central siffle un penalty pour l’USFAS. Sambou Sissoko tire du bon côté et permet aux siens d’arracher le nul (86è min, 1-1). «Un partage de points à l’extérieur, je pense que c’est un résultat acceptable. Le championnat est une course de marathon, à défaut d’avoir les trois points, on peut se contenter du nul. Pour moi, les jeunes ont bien joué et méritaient, au moins, le partage des points», commentera l’entraîneur de l’USFAS, Ibrim Diallo.
Dans le camp adverse, Sékou Seck s’est dit déçu du résultat, avant de promettre de se racheter, dès la prochaine journée. «Franchement, j’ai un sentiment de déception parce qu’on avait à cœur de remporter les trois points. Mais comme c’est un match de championnat, il ne faut pas cracher sur le nul. Je dois avouer que nous avons manqué d’expérience, surtout, sur l’action qui a permis à l’USFAS d’obtenir le penalty. C’est à moi de préparer l’équipe pour éviter que les mêmes erreurs se reproduisent», analysera Sékou Seck qui affrontera le Sonni de Gao, jeudi, à Mopti pour le compte de la 14è journée.

Envoyés spéciaux
Boubacar THIERO
Habib Kouyaté
Dimanche 18 juin, au stade municipal de Barouéli
AS Bakarydjan-USFAS : 1-1.
Buts de Hamidou Konaté (64è min) pour l’AS Bakarydjan; Sambou Sissoko (86è min s.p) pour l’USFAS.
Arbitrage de Mohamed Sacko, assisté de Sékou Timbiné et Amadou Diakité.
AS Bakarydjan : Almamy Sogoba (cap), Souleymane Diarra, Mohamed Sangaré, Guimbala Tounkara, Charle Demba Wane (Sory Ibrahim Keïta, 57è min), Abdoulaye Sacko (El Békaye Diakité, 70è min), Koké Konadjigui, Seydou Traoré, Abdoulaye Bangoura (Adama S. Mariko, 87è min), Moctar Diallo, Hamidou Konaté. Entraîneur : Sékou Seck.
USFAS : Komadjan Keïta, Chiaka Dembélé (cap), Mamadou Maguiraga, Moussa Touré, Tiéoulé Sissoko, Salif Diakité (Issa Camara, 74è min), Amadou Haïdara (Ibrahima Coulibaly, 74è min), Sambou Sissoko, Moussa Diallo, Boubacar Dembélé (Lassine N. Keïta, 74è min), Moussa Diarra. Entraîneur : Ibrim Diallo.

 

Source: essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *