Can 2015/Côte d’Ivoire-Mali (1-1) : Les Aigles demeurent maîtres de leur destin

Les Aigles du Mali n’ont pas été vaincus. Mais, ils nous ont fait rêver jusqu’à dix minutes de la fin du match. Rêve d’une victoire sur la Côte d’Ivoire pour exorciser le signe indien. Hélas, la volonté et la très grande solidarité n’ont pas suffi. Mais l’espoir demeure, car les protégés de Henri Kasperzack restent maîtres de leur destin

 joueur footballeur equipe elephant cote ivoire mali aigle

Comme d’ailleurs le Cameroun, la Côte d’Ivoire et surtout la Guinée Conakry que le Mali affronte demain 28 janvier 2015 à Mongomo pour le ticket du second tour.

 

«Nous ne nous posons pas beaucoup de questions. Il s’agit de jouer pour honorer notre drapeau et procurer de la joie aux Maliens», avait déclaré le capitaine Seydou Kéïta à la veille de ce match Côte d’Ivoire-Mali qui, comme d’habitude, a suscité passion et stress au Mali. De la joie, les Aigles en ont procuré aux Maliens. Et de l’espoir aussi, car ils ont prouvé qu’ils sont capables de tenir la dragée haute aux supposés favoris de ce groupe D, voire de la Can 2015. C’est une génération décomplexée que nous avons sur le terrain. Une sélection très solidaire autour de fortes individualités comme Seydou Kéïta, Bakary Sako, Sambou Yatabaré…

 

Ce nul 1-1, nous allons nous en contenter et tirer chapeau à Seydoublen et à ses coéquipiers pour avoir mouillé le maillot. Les Aigles avaient pourtant bien débuté cette partie grâce à un but de Bakary Sako (7ème minute) à la réception d’un centre de Sambou Yatabaré, qu’il a ensuite repris d’une volée imparable.

 

Leur tort, comme contre le Cameroun lors de la première journée, a sans doute été de vouloir gérer une maigre avance qui ne les mettait pas à l’abri d’une surprise désagréable comme cette égalisation à seulement dix petites minutes de la concrétisation d’un rêve : une victoire sur la Côte d’Ivoire en phase finale de Can ! À force de subir les assauts des Eléphants, la défense malienne a cédé en offrant une aubaine à Gradel qui a égalisé d’une frappe du gauche (87ème).

 

Une nouvelle fois, nous pouvons nous mordre les doigts d’être passés à côté d’un joli coup. Ce qui condamne les protégés de Kasperzack à battre la Guinée Conakry le 28 janvier (demain mercredi) à Mongomo pour espérer se qualifier. Un défi qui n’est pas au-dessus de leurs talents individuels et de leur cohésion. Même si l’éventuelle absence du portier Soumaïla Diakité peut être un sérieux handicap parce que ces suppléants (Germain Berthé et N’Tji Michel Samaké) n’ont pas assez d’expérience pour ce genre de rencontre. Espérons que le sélectionneur franco-polonais n’ait pas à regretter son choix d’écarter Oumar Sissoko (Ajaccio, France) du groupe pour la Can. Mais, comme le souligne un confrère, «les Aigles du Mali se sont certes fait rejoindre sur le fil, mais le collectif est toujours aussi solide, encadré par un Seydou Kéita étincelant».

 

Le Cameroun et la Guinée se sont également neutralisés (1-1) en seconde heure. Ce qui fait qu’après deux journées, c’est le statu quo dans le groupe D où aucune sélection n’est encore parvenue à gagner un match. Une situation inouïe ! Du jamais-vu en Coupe d’Afrique des Nations de football (Can), disent des anciens de la presse sportive continentale. Avant la 3ème et dernière journée de la phase de poules, les quatre sélections nationales sont en parfaite égalité, avec deux points, deux buts marqués et autant encaissés. Chacune d’elle reste donc maîtresse de son destin. Le groupe est plus que jamais ouvert…à toutes les surprises ! Gageons qu’elle sera très agréable pour les Aigles du Mali !

Moussa BOLLY

 

Ils ont dit…

 

Henri Kasperzack, sélectionneur du Mali :

«Pour la 2ème fois, en deux matches, nous encaissons un but en fin de rencontre. Nous pensions que les trois points étaient cette fois dans la poche. Je suis déçu, mais je dois remercier les joueurs pour leur performance, leur bravoure et leur désir de gagner. Nous avons peut-être commis l’erreur de laisser aux Ivoiriens l’initiative de la partie et nous avons sûrement péché à la fin. Maintenant, nous avons quatre jours pour changer ce qui est arrivé, parce que cela ne doit pas se produire une troisième fois».

 

Seydou Kéïta, milieu et capitaine du Mali :

«Nous sommes très déçus. Quand vous regardez les deux matches contre le Cameroun et la Côte-d’Ivoire, ce sont seulement de petits détails qui nous coûtent la victoire. Une fois encore, nous avons abandonné deux points qui devaient nous revenir».

 

Hervé Renard, sélectionneur de la Côte d’Ivoire :

«J’ai vu de très bonnes choses aujourd’hui, plus que durant le premier match. Mais malheureusement, nous avons été menés tôt dans le match. Une fois de plus, nous avons connu des difficultés en début de rencontre. Je pense que si vous regardez les statistiques, ils n’ont pas eu beaucoup de tirs cadrés».

(Cafonline.com)

 

Le Derby Airness-Puma

Au-delà des couleurs nationales, le groupe D est aussi une confrontation entre deux équipementiers. Il s’agit de Puma et surtout d’Airness de notre compatriote Malamine Koné. Cette dernière marque habille le Mali et la Guinée-Conakry. Alors que la première nommée est le partenaire du Cameroun et de la Côte d’Ivoire. À l’image des résultats du groupe, le duel est indécis, car les quatre sélections nationales sont en parfaite égalité avec deux points, deux buts marqués et deux buts encaissés. La dernière journée sera marquée par des confrontations Airness/Airness (Mali-Guinée) et Puma/Puma (Cameroun-Côte d’Ivoire). On n’a donc de fortes chances pour que la poire soit divisée en deux entre les deux équipementiers !

source : reporter

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.