Avez-vous raison de haïr Cristiano Ronaldo?

joueur footballeur attaquant portugal christiano ronaldo cm coupe monde

Réquisitoire et plaidoyer à propos de l’avant-centre du Portugal, qui joue sa qualification pour les huitièmes face au Ghana.

-Nom: Cristiano Ronaldo

-Pays: Portugal

-Connu pour: marquer des buts, marquer d’incroyables buts, ses passements de jambes, ses petits ponts, marquer encore plus de buts, son arrogance, son bronzage permanent, ses produits pour les cheveux, ses cols relevés, ses clins d’oeil, enlever son maillot, sa richesse, sa beauté, être l’un des deux meilleurs joueurs de la planète.

Vous le détestez. Vous le détestez vraiment. Une bonne part de cette haine semble tourner autour de ses coupes de cheveux, qui semblent venir d’un laboratoire spécialisé dans le soin du cheveu à base de gel.

Mais plus que ça, c’est son attitude prétentieuse sur et en dehors du terrain. L’ailier du Real Madrid est un des joueurs les plus détestés de l’histoire du sport.

La haine envers Ronaldo a connu un pic lors de l’expulsion de Wayne Rooney en quarts de finale de la Coupe du monde 2006. Rooney, qui était alors le coéquipier de Ronaldo à Manchester United, marche sur les testicules du défenseur portugais Ricardo Carvalho sous les yeux de l’arbitre.

Ronaldo se précipite et implore un carton rouge. Rooney est expulsé, l’Angleterre finit à dix et sera éliminée aux tirs au but. Le pays dévasté désignera Ronaldo et son jeu d’acteur comme le responsable du carton rouge et de la défaite. Pour noircir un peu plus le tableau, Ronaldo fit un clin d’oeil vers son banc juste après.

A part cet incident, la majorité de la haine anti-Ronaldo vient de sa métrosexualité en dehors du terrain et de sa supposée élégance quand il joue. Ce portrait dans le magazine allemand Der Spiegel explique ainsi que:

«Avec le gel dans les cheveux, les diamants en boucle d’oreille, ses danses autour du ballon, ce sourire arrogant et ses plongeons qui viennent de nulle part, Ronaldo se comportait comme quelqu’un qui méritait de s’en (…) Lire la suite sur Slate.fr

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.