Assemblée générale de la Zone II ACNOA : un nouveau mandat pour Habib Sissoko

Après 2013 et 2016, les délégués des huit pays membres de la Zone ont renouvelé, samedi, leur confiance au premier responsable du mouvement Olympique national pour un nouveau mandat de quatre ans à la tête de l’instance zonale

 

L’Assemblée générale élective de la Zone II de l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA), s’est tenue le samedi 20 février, dans un hôtel de la place. L’événement était présidé par le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mossa Ag Attaher en présence du président sortant Habib Sissoko et des délégués des huit pays membres de la Zone II ACNOA à savoir le Mali, le Sénégal, la Sierra Léone, le Cap-Vert, la Guinée, la Guinée-Bissau, la Mauritanie et la Gambie. Dans son allocution d’ouverture, le président Habib Sissoko a d’abord rendu un vibrant hommage au gouvernement du Mali pour sa contribution substantielle qui, indiquera-t-il, «assure le fonctionnement de la Zone II». «La parfaite illustration de ce soutien a été révélée par la présence du ministre de la Jeunesse et des Sports, Mossa Ag Attaher lors du séminaire ‘’Femmes et Sport’’ organisé à Conakry, du 28 au 29 décembre derniers.

Nous sommes sensibles à ce geste», a témoigné Habib Sissoko, avant de s’adresser aux délégués. «La tenue de la présente Assemblée générale marque l’évaluation du temps de responsabilité que vous avez bien voulu nous confier. Avec humilité et gratitude, nous avons reçu ce bonheur et des femmes et des hommes n’ont ménagé aucun effort pour l’accomplissement de la mission de redynamisation de la Zone, et cela en votre nom et sur vos recommandations». «En effet, poursuivra Habib Sissoko, pendant le mandat qui s’achève, nous avons réussi à meubler la vie olympique et sportive dans notre espace sous-régional. Sur la base d’une vision prospective nous avons bâti une gouvernance adaptée. Que tous les membres du bureau sortant trouvent ici l’expression de mes sincères remerciements». évoquant le rôle des Comité nationaux olympiques (CNO) dans l’organisation de la Zone, le président de l’instance sous-régionale dira : «Ils (les CNO) sont par excellence les cellules opérationnelles à travers lesquelles se réalisent les programmes d’activités.

C’est aussi à travers eux que les orientations théoriques définies lors de nos assemblées sont prises en compte et formulées en acte concret. Il est donc impératif que les CNO attachent une importante particulière aux décisions que nous prenons et que s’instaure une communication suivie entre toutes les instances».
à la suite du président de la Zone II ACNOA, le ministre de la Jeunesse et des Sports Mossa Ag Attaher a assuré les représentants des pays membres du soutien et de l’accompagnement des autorités maliennes pour la bonne marche de l’instance. «Les missions, les fonctions et les prérogatives des composantes du mouvement sportif africain n’étant pas toujours suffisamment bien perçues, il est nécessaire d’instaurer et d’entretenir une collaboration franche entre les structures gouvernementales et les instances sportives. Cela aura l’avantage de dissiper les malentendus et de promouvoir un partenariat nécessaire au développement du sport africain», a dit Mossa Ag Attaher, avant de renchérir : «Pour ma part, en vous renouvelant ma disponibilité, je m’engage à soutenir vos efforts et vous assure que le gouvernement du Mali, par ma voix, consolidera l’accompagnement de l’état au Comité national olympique et sportif (CNOS) et continuera à s’acquitter de ses obligations consignées dans l’Accord siège».

«Au cours de la présente assemblée générale, vous allez procéder à l’élection du bureau de la Zone II. Je souhaite que les travaux se déroulent dans un esprit de fraternité en ayant toujours à l’idée l’intérêt supérieur de notre Zone. Une attention particulière doit être accordée à l’émancipation des jeunes filles et des femmes, une dynamique dans laquelle vous vous êtes déjà inscrits par le développement des disciplines qui leur sont dédiées et par la formation des leaderships féminins», complètera le chef du département de la Jeunesse et des Sports.
Pour revenir aux travaux proprement dits, plusieurs points étaient inscrits à l’ordre du jour de l’assemblée générale. Entre autres, on peut citer la participation de la Zone II aux activités des instances africaines et internationales, le bilan 2019-2020, les perspectives 2021-2024, la présentation des rapports d’activités, l’élection d’un nouveau bureau de l’instance. Après la validation des différents rapports, les délégués ont procédé à l’élection d’un nouveau bureau.

Sans surprise, le président sortant, Habib Sissoko, a été reconduit pour un nouveau mandat de quatre ans. Celui qui préside aux destinées du Comité national olympique et sportif (CNOS) obtient, ainsi, son troisième mandat à la tête de la Zone, après ceux de 2013-2016 et 2017-2020. Habib Sissoko dirige un bureau de 5 membres avec comme vice-président Filomena Fortes, la présidente du Comité olympique du Cap-Vert. Le premier responsable du mouvement Olympique du Sénégal, Seydina Oumar Diagne, hérite du poste de secrétaire général, alors la trésorerie a été confiée à notre compatriote Mohamed Oumar Traoré «Pelé» qui occupe le poste de secrétaire général du CNOS. Le commissaire aux comptes lui, s’appelle Sergio Mahamane, le président du comité Olympique de Guinée-Bissau.

Boubacar THIERO

Source : L’ESSOR

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *