Afrobasket Féminin U16 : LE MALI EN DEMI-FINALES

Après avoir battu l’Egypte (66-33), le Zimbabwe (112-22), les «Aiglonnets» se sont qualifiées pour le dernier carré, en dominant le pays hôte, le Mozambique (76-33), mardi à Beira, une ville portuaire, à 720 km au nord-est de la capitale, Maputo.

joueuse Afrobasket feminin aigle Lionne senegal mali dame

Aissétou Coulibaly a terminé meilleure marqueuse, avec 27 points, 4 rebonds, 3 interceptions et 2 passes décisives. Le Mali signe, ainsi sa troisième victoire consécutive, synonyme de qualification pour les demi-finales. Hier, les nôtres ont battu l’Angola 60-43, lors de leur dernier match de poule. «Nous avons à cœur de conserver notre titre. C’est notre objectif, et le fait d’avoir gagné tous nos trois matches signifie que nous sommes sur la bonne voie», a commenté le sélectionneur national, Sidiya Oumarou, après la rencontre.
Comme le Mali, l’Angola, l’Égypte et le Mozambique se sont également qualifiés pour le dernier carré, alors que le Zimbabwe (quatre défaites en autant de sorties) quitte la compétition. Les vainqueurs des deux demi-finales valideront leurs tickets pour la Coupe du monde féminine U17 prévue en 2018 à Minsk, en Biélorussie.
Le coup d’envoi de la compétition a été donné le 5 août dernier et cinq nations étaient en lice pour la couronne continentale : le Mali, tenant du titre, le Mozambique, hôte du tournoi, l’Angola, l’Egypte et le Zimbabwe. La phase de groupe s’est jouée dans une formule de championnat aller simple. Les quatre premiers se sont qualifiés pour la phase finale (demi-finales et finales).
C’est la première fois depuis le lancement de la compétition en 2009, que cinq équipes seulement disputent la phase finale. C’est la conséquence de la cascade de forfaits enregistrés après les éliminatoires. Pourtant, l’enjeu est d’importance quand on sait qu’il y a deux billets de la Coupe du monde en jeu. Sans minimiser la valeur des autres protagonistes, le Mali, sacré lors des trois dernières éditions, apparaît comme le pays le mieux placé pour se hisser sur la plus haute marche du podium. Toutefois, la partie n’est pas gagnée d’avance pour les protégées du coach Sidiya Oumarou qui devront s’accommoder de la présence de trois outsiders aux dents longues : l’Egypte, l’Angola et le Mozambique qui a l’avantage de jouer à domicile. C’est la deuxième fois que le Mozambique accueille la compétition, après l’édition de 2013 où il avait terminé à la 3ème place.

Ladji M. DIABY

 

Source: essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *