Centre national de médecine du sport : LES TRAVAUX AVANCENT BIEN

 

housseini amion guindo poulo ministre sport parti codem

Le ministre des Sports, Housseïni Amion Guindo a visité lundi le chantier du Centre national de médecine du sport. Le chef du département des sports était accompagné du directeur national des sports et de l’éducation physique, Mahamadou Sidibé et du chef du projet, Boubacar Sidiki Diarra du Foyer d’architecture et d’urbanisme (FAUR). A l’issue de sa visite, le ministre des Sports s’est réjoui du bon déroulement des travaux, avant d’insister sur l’importance de la nouvelle infrastructure pour notre pays. «Le Centre national de médecine du sport est très important pour le mouvement sportif national. C’est un maillon important de la chaîne de la pratique et du développement du sport dans notre pays», soulignera le premier responsable du département des sports. «Nous sommes satisfaits de ce que nous avons vu aujourd’hui (lundi, ndlr). Les travaux doivent prendre fin en juin et nous tenons à ce délai pour que très rapidement les sportifs maliens puissent bénéficier des bienfaits des objectifs assignés a cet centre», insistera Housseïni Amion Guindo. Pour mémoire la première pierre du Centre national de médecine du sport a été posée le 20 décembre 2014, a été initiée dans le cadre de la promotion du sport malien. La construction de la nouvelle infrastructure coûtera 1.700.000.000 Fcfa et sera financée à 100% par le Budget national. Le centre est bâti sur une superficie de 2000 mètres carré et comprend deux blocs : au premier étage il y a l’administration, les blocs de consultations anti-dopage, de soins, de rééducation et de documentation, alors que les blocs d’opération, les salles d’hospitalisation et les salles VIP sont situés au deuxième étage. Le délai d’exécution des travaux est de 18 mois. L’ouvrage est réalisé par une entreprise chinoise, COMATEXIBAT S.A et une entreprise malienne, CONI S.A., tandis que le contrôle est assuré par le Foyer d’architecture et d’urbanisme (FAUR). «L’état d’exécution du chantier est de 80% pour un délai consommé de 84%. Par ailleurs nous avons un léger retard qui sera rattrapé d’ici la fin du mois de juin. Je peux vous rassurer que le délai d’exécution des travaux sera respecté», a assuré Boubacar Sidiki Diarra du Foyer d’architecture et d’urbanisme (FAUR). «Il doit y avoir quelques modifications, mais nous avons déjà pris des dispositions et cela ne sera pas un problème», ajoutera l’architecte. S. S. KAMISSOKO

Ligue des champions d’Europe : CHELSEA-PSG, UN AN APRÈS…

Chelsea et PSG se retrouvent aujourd’hui en huitième de finale retour de la Ligue des champions. Dans un contexte assez différent de 2015, si l’on se fie notamment à l’état des troupes et à la dynamique de chaque club. L’année dernière, une tête de Thiago Silva dans la prolongation avait permis l’égalisation de Paris à Chelsea (2-2) et la qualification du PSG pour les quarts de finale. Un an après, les deux équipes se retrouvent à Stamford Bridge pour, de nouveau, se disputer un billet pour les quarts. Après le match nul de 2015 au Parc des Princes (1-1), les joueurs de Laurent Blanc ont cette fois pris un léger avantage à l’aller (2-1). D’autres éléments du décor ont également changé. Auteur d’un quadruplé l’année dernière (Trophée des champions, L1, coupe de France, coupe de la Ligue) et encore en lice dans tous les tableaux cette saison, le PSG connaît une situation bien différente en championnat. En 2015, avant le match retour contre les Blues, le PSG occupait la deuxième place de la L1, derrière Lyon. Cette saison, la formation de Laurent Blanc possède 23 longueurs d’avance sur son dauphin, Monaco (74 contre 51). Une incroyable marge qui lui a permis, cette fois, de faire tourner afin de préparer au mieux cette rencontre. Le contraste est saisissant. En 2015, Chelsea venait de remporter la coupe de la Ligue (2-0 contre Tottenham) et occupait la tête de la Premier league devant Manchester City. Un an plus tard, les Blues risquent de ne pas se qualifier pour une coupe d’Europe via le championnat. Ils occupent la dixième place, un classement indigne de leur statut. La saison dernière, les Blues avaient également eu une semaine pour préparer ce match retour, après leur victoire sur la pelouse de West Ham (1-0, but de Hazard). Cette fois, ils n’ont eu que trois jours puisque l’équipe a joué samedi contre Stoke (1-1). Et le Belge n’a toujours pas marqué en Premier league. La saison dernière, le PSG restait sur une série de 14 matches sans défaite avant son déplacement à Stamford Bridge et ne devait sa deuxième place qu’à une entame de championnat très délicate, ainsi qu’à l’incroyable parcours lyonnais. Cette année, entre l’aller et le retour, le PSG a chuté pour la première fois au niveau national (1-2 à Lyon). Et il n’a pas marqué lors de deux de ses trois derniers matches de L1 au Parc, soit autant que lors de ses 66 précédents. Mais il s’est qualifié pour les demi-finales de la coupe de France en gagnant à Saint-Étienne, ce qui n’est jamais aisé. A Chelsea le redressement est spectaculaire depuis l’éviction de José Mourinho en décembre. En dix-sept rencontres, le club de Roman Abramovitch n’a perdu qu’une fois, toutes compétitions confondues : c’était lors du 8è de finale aller au Parc des Princes (1-2). Les Blues ont su parfaitement rebondir après ce revers : ils ont écrasé une équipe C de Manchester City en Cup (5-1) et se sont imposés à Southampton puis Norwich (2-1 les deux fois). Seul regret : le nul concédé en toute fin de match face à Stoke, samedi dernier (1-1). Une rencontre pour laquelle Guus Hiddink avait effectué une rotation de son effectif.

Source : Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *