Vacances scolaires à Bamako: Une période de petit commerce pour les élèves !

Si cette période des vacances est une occasion pour un bon nombre de jeunes élèves de voyager ou de vaquer à d’autres occupations, surtout culturelles ou sportives, certains par contre s’engagent dans le commerce pour gagner de l’argent afin de faire face à tous leurs besoins de la rentrée prochaine. Les ronds-points et rues de Bamako sont pris d’assaut par ces jeunes enfants qui font le commerce d’articles divers. Ces enfants sont généralement âgés de moins de 15 ans.

enfant eleve  mineur vendeur commerce

jus en sachets, légumes, tomates, carotte, concombre, orange, banane, pomme, tamarin, citron, dattes, allumettes, savon, pâte, brosses à dents, cure-dents sont entre autres les articles  vendus par ces gamins qui font le tour des rues et ronds points pour subvenir à leurs besoins pendant la rentrée scolaire.  Les trois mois de vacances qui sont supposés être des périodes de repos pour ces élèves  avant la prochaine rentrée scolaire, sont souvent mis à profit par certains élèves. Ils travaillent pour contribuer au payement de leurs fournitures scolaires.  A noter qu’avant cette période, certains parents sont inquiets de l’éducation des enfants, car après l’école, l’enfant va faire face à d’autres activités. Tandis que certains envoient leurs enfants au village pour faire face aux  travaux champêtres afin d’apprendre davantage la vie de campagne.  D’autres par contre, préfèrent que leurs enfants restent à côté d’eux pour étudier le coran en affirmant que le petit commerce des enfants n’est pas positif pour eux.

Alassane Sanogo, âgé de 13 ans, cireur au grand marché témoigne : « Je peux gagner 2000 F CFA par jour quand il y a beaucoup de clients. Cet argent m’aide beaucoup pour la rentrée scolaire. Je me réveille tôt chaque matin pour rejoindre mon lieu de travail ». Une autre vendeuse de pommes  et de chewing-gums ajoutera qu’il y a des jours où elles peuvent vendre beaucoup de pommes  mais par contre d’autres jours sont durs pour elles.  Le pire de tout est que certains enfants refusent d’aller à l’école  à la rentrée et font de ce commerce une continuité et un prétexte pour abandonner l’école.

Apres neuf mois d’études, les élèves font face aux différents travaux qui leur permettront de payer leurs fournitures scolaires. D’autres travaillent comme mécaniciens, menuisiers, apprentis chauffeurs, vendeurs ambulants, aide-ménagères afin de subvenir à leurs besoins. A Bamako, on peut dire que l’entreprenariat commence à gagner du terrain chez les jeunes. Ce qui contribuera à lutter contre la pauvreté. Mais il faut signaler que dans ces rues, ces enfants sont confrontés à l’insécurité routière.

« Pendant cette période, l’argent que je gagnerai sera gardé jusqu’à la rentrée prochaine pour me permettre d’acheter des fournitures scolaires et mes habits. Cela fera moins de dépenses pour mes parents. Ce petit commerce ne perturbe en aucun cas mes études car je tiens beaucoup à étudier pour être un futur cadre de ce pays », a laissé entendre Assa Dramé à Torokorobougou, âgé de 10ans.  Force est de reconnaitre que beaucoup de ces jeunes font face à d’énormes problèmes en cette période de vacance. Comme en témoigne  ce jeune étudiant, Salifou Sangaré, habitant  à Badalabougou : « étant  tout petit, c’est-à-dire quand j’étais  au primaire, je faisais du commerce pendant les vacances. Arrivé au second cycle, j’ai changé d’activité. Au lieu de vendre de l’eau glacée, je vendais des cigarettes. A force d’allumer des cigarettes, je suis devenu fumeur».

En plus d’être un moment de repos, les vacances apparaissent comme une période où les enfants apprennent plein de choses qu’ils ne peuvent pas apprendre durant l’année scolaire. En effet, les vacances ne sont pas seulement un passe-temps, ni un temps de dormir seulement, mais aussi un moment pour les élèves d’avoir une autre vision du monde. Mais faudrait-il que les parents veillent à ce que ces travaux se passent en toute sécurité et sous le contrôle des adultes.

 

Aoua Traoré

Source: Tjikan

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.