UNTM : Ce qu’il faut retenir sur l’état d’exécution des revendications

L’Union nationale des travailleurs du Mali (Untm) a sacrifié à la tradition en faisant le point sur le bilan de ses actions à la veille du 1er mai. A la Bourse du travail, le vendredi 29 avril 2016, Yacouba Katilé, Secrétaire général de ladite centrale, est revenu sur l’état d’exécution du protocole d’accord survenu entre le Cnpm, le Gouvernement et l’Untm le 28 octobre 2014. Il regrette le fait que bien des points de revendication, sur les 17 qui ont fait l’objet de préavis de grève, restent en souffrance, même si les négociations se poursuivent avec le Gouvernement.

 union nationale travailleurs mali untm

En dépit des acquis sociaux, il restait 17 points de revendications inscrits dans un chronogramme d’exécution négocié entre les parties, en présence des membres de la commission de conciliation.

Sur le premier point relatif au paiement des droits des travailleurs compressés des sociétés comme l’Huicoma, l’Hôtel Azalaï Tombouctou, la Comatex, la Smecma, l’Itema, le secrétaire général affirme que l’Etat refuse de croire qu’ils n’ont pas été pris en compte dans les transactions pour la liquidation des droits des compressés.

Le paradoxe, selon lui, est que l’Etat leur exige d’apporter la preuve qu’ils n’ont pas été pris en compte. Sur ce point, il dira que l’Untm constate ‘’avec déception’’ des manœuvres du Gouvernement, tendant à priver de pauvres citoyens de leurs droits. Le second point relatif au relèvement significatif du taux de la valeur du point d’indice, selon Katilé, a été commué en augmentation de salaire de 5% dans le secteur privé. Malgré cette mesure, il dira que la Centrale se heurte à une réticence de certains patrons. S’agissant du 3ème point, Katilé dira qu’à ce jour, une loi a été votée, consacrant la diminution de l’ITS de 8%, mais que l’application n’est pas faite.

Partant, il précise qu’il y aura  obligation de paiement de rappels depuis le 1er juillet 2015  après promulgation.  Le Secrétaire Général a été on ne peut plus clair sur le point relatif à la modernisation et la sécurisation de l’Administration générale à travers des moyens logistiques, techniques, humains et financiers sur l’ensemble du territoire national. Il dira que l’Untm n’est pas prête à envoyer à la boucherie des chefs de famille innocents, car les mesures adéquates ne sont pas prises.

La relecture de la Convention des chauffeurs routiers était à l’ordre du jour. Sur ce point, il reconnait que le retard, dans une large mesure, incombe aux syndicalistes et que l’actuelle suspension est d’ailleurs observée à leur demande. En outre, Katilé regrette le fait que l’accord relatif  à la baisse des loyers des maisons à usage d’habitation n’est suivi d’aucun effet sur le terrain. S’agissant du point portant sur la baisse des tarifs d’eau et d’électricité, il dira qu’une rencontre devait avoir lieu le 10 avril 2015 pour la fixation de nouveaux taux, mais ce délai a été dépassé sans aucune réunion.

En ce qui concerne la maîtrise des prix des produits de première nécessité, Katilé dira que le Gouvernement ne prévoit la faisabilité de cette revendication hautement sociale qu’en décembre 2016. Parlant de la relecture de tous les contrats miniers, YacoubaKatilé est convaincu que le flou qui a entouré le bilan de la privatisation est le même qui entoure les contrats miniers. «Les Maliens ne sont pas dupes. Cette revendication, si elle ne clarifie pas la situation, ne manquera pas de faire des vagues, car trop c’est trop», déplore Katilé. Le dernier point consacre  la participation des travailleurs aux conseils d’administration des entreprises privées et parapubliques.

Sur ce point, il dira que les sociétés où l’Etat est majoritaire, la mesure semble être acquise. Mais, pour le secteur privé, Katilé affirme que le Gouvernement s’est engagé à créer une commission tripartite. «Notre vision est de sortir des conceptions dépassées de l’entreprise, propriété exclusive d’un détenteur de capital.

Nous voulons lui donner un profil humanisé où les travailleurs sauront à quoi s’attendre pour leur vie, en bien comme en mal. En principe, l’idée de responsabilité en communion ne peut handicaper une entreprise». En conclusion, il dira que sur les 17 qui ont fait l’objet de préavis de grève, plusieurs points restent en souffrance, même si les négociations sont en cours avec le Gouvernement.

Ibrahim M.GUEYE

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *