Twittoscopie-« Sanogo & coaccusés » : la justice malienne en prend pour son grade

L’ex-putschiste Amadou Haya Sanogo et ses coaccusés ont été mis en liberté provisoire, le mardi 28 janvier. Ainsi en a décidé la justice malienne à l’encontre de laquelle certains twittos pointent un doigt accusateur.

 

Il y a quelques jours, et ce n’est jamais totalement innocent, Bamako, la capitale malienne, s’était soudainement remplie de la rumeur quant à une éventuelle libération d’Amadou Haya Sanogo et ses coaccusés inculpés dans l’assassinat de 21 militaires parachutistes. Après sept ans de détention provisoire, la chambre d’accusation de la cour d‘appel de Bamako a décidé de remettre en liberté provisoire Amadou Haya Sanogo et ses codétenus, en attendant le procès.

Cette libération provisoire intervient après le report, le 9 janvier par le parquet général près la cour d’appel de Bamako, de la reprise du procès. Ce report, alors que la reprise était attendue en décembre 2016, a fait grincer des dents les magistrats, qui l’ont fait savoir dans un communiqué en du 17 janvier dernier. De fait, le procès de Amadou Haya Sanogo et ses coaccusés, délocalisé à Sikasso en novembre 2013, avait été renvoyé pour permettre de nouvelles expertises médicales. A ce jour, il n’a jamais repris.

Pour mémoire, le 22 mars 2012, alors capitaine, Amadou Haya Sanogo a été placé par des sous-officiers à la tête de ce que certains ont qualifié de « coup d’État le plus rapide de l’histoire ». Alors à la tête du pays et patron de l’ex-CNRDRE (Comité national du redressement de la démocratie et la restauration de l’Etat), plusieurs personnalités politiques et militaires ont été victimes de chasse à l’homme et de détention jugée arbitraire par les organisations de défense des droits humains. Fin avril 2012, certains militaires parachutistes, restés fidèles au président déchu Amadou Toumani Touré, dit « ATT », avaient disparu après l’échec de leur contrecoup d’État. En décembre 2013, ils ont été retrouvés dans une fosse commune, non loin de Bamako. Le capitaine, alors promu général, et ses coaccusés ont été inculpés d’« assassinat » et de « complicité d’assassinat ».

Mamane@takoumamane

Jeudi 22 mars 2012 le Capitaine Sanogo annonçait le renversement du président Amadou Toumani Touré. On était devant la Télé , on se posait la question est ce un film ou réalité

RFI

@RFI

Mali: le général Sanogo, ex-putschiste, remis en liberté provisoire

Justice@JusticeJFK

Le 22 mars 2012, le Capitaine Sanogo fait tomber ATT, usé par le pouvoir. Le 24 décembre 2017, ATT rentre triomphalement à Bamako, le Capitaine Sanogo lui croupit en prison. Ah la politique… #Mali

Cette libération provisoire n’a pas laissé la twittosphère malienne indifférente. Comme en 2012, elle a rouvert la plaie de la grande déchirure provoquée au sein de l’opinion nationale, partagée entre pro et anti-Sanogo. De l’avis de certains twittos, la décision de le libérer est légitime après sept ans en prison sans jugement.

Dr.Boubacar Diawara@PhD_Diawara

Le capitaine #Sanogo bénéficie d’1liberté provisoire.Ds un soit disant État de droit, c’était légitime.On ne peut rester en prison + années ss jugem. Il sera totalement blanchi, vénéré, bénéficiera d’une retraite dorée, ds avantages dus à un ancien chef d’État. Ainsi va le #Mali

De plus, c’est la justice malienne qui en prend le plus pour son grade. Certains internautes pointent son « incapacité » à juger l’ex-chef de file des putschistes. D’autres expriment leur incompréhension après sept ans sans jugement.

Ashley Leïla MAIGA@AshleyLelaMAIGA

L’incapacité de la #Justice malienne sous l’ère #IBK d’organiser le procès du putschiste Amadou Aya Sanogo pour l’affaire dite des “bérets rouges” est le signe des accointances & autres pactes qui ont prévalu entre #IBK et le chef de la junte en 2012-2013 #Mali

Rf Balla@RfBalla3

Apres 7 ans passer en prison sans être juger ,  *Capitaine Amdou aya Sanogo* vient d’être mise a liberté provisoire , franchement la justice malienne me fait rire 7ans sans jugement

Hamadoun CISSE@HamadounCISSE7

On a planté un clou dans l’affaire Amadou Haya Sanogo en accordant une liberté provisoire. La justice malienne se déclare dès lors incompétente. Un véritable camouflé, un déni de justice.

Un twittos s’avance jusqu’à s’interroger sur ce qui va être dit aux « orphelins » et aux « veuves » des « bérets rouges » disparus. Il abonde dans le même sens que certaines organisations de défense des droits humains qui, ces derniers jours, ont donné de la voix à l’annonce du report de la reprise du procès. « Le report à la dernière minute du procès d’un ancien dirigeant de la junte par un tribunal malien porte un coup aux familles de 21 militaires dont les corps ont été retrouvés dans une fosse commune en 2012, à la suite de leur disparition forcée », avait déclaré Ousmane Diallo, chercheur sur l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International, le 13 janvier 2020.

IBRAHIM DJIGUE@djigueibrah

Capitaine bombardé Général devenu Karamoke est en liberté provisoire.
Eskey Dounia hum Mali qu’allons nous dire aux orphelins et aux veuves?
Avec Ibk c’est toujours les bourreaux qui sont récompensés. La justice finira par triompher tôt ou tard. @Justice_Mali @GouvMali#Sanogo

Amnesty West & Central Africa

@AmnestyWARO

It’s been eight years since the abduction and extrajudicial execution of 21 Malian paratroopers.
The families of these soldiers have already waited too long for justice. Further delays in the trial will prolong the suffering of the victims’ families.

La liberté provisoire signifierait-il la fin de l’action publique ? Si pour certains internautes c’en est fini de ce qu’on appelle à Bamako « l’affaire Sanogo », d’autres appellent la justice à poursuivre son travail. Du côté des organisations de défense des droits humains, les craintes sont grandes que la loi d’entente nationale, promulguée le 2 août 2019, ne conduise à « l’impunité pour les crimes commis dans le pays depuis 2012 », comme l’a écrit la FIDH dans son communiqué d’hier.

Ousmane A. Diallo@Usmaan_Aali

#Mali: La libération du Gl. Amadou Haya Sanogo ne doit pas signifier la fin de l’action publique à propos de la mort des 21 “bérets rouges”. @PresidenceMali doit s’assurer que la justice suive son cours jusqu’au bout.

Source : benbere

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *