Transparence de la Vie publique : MME SAFIA BOLY VISITE L’OCLEI

Mme le ministre de la Réforme de l’administration et de la Transparence de la vie publique, Safia Boly, s’est rendue, jeudi dernier, à l’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite (OCLEI), structure rattachée à son département. Au cours de cette visite de prise de contact, le nouveau ministre a félicité l’équipe tout en rappelant que l’une des priorités du gouvernement est la lutte contre la corruption, perçue comme la condition sine qua non du développement.

Mme Safia Boly a assuré l’OCLEI de son soutien et accompagnement, ajoutant qu’il lui revient aussi comme mission de reconstituer les fibres du tissu socio-économique fortement atteintes ces derniers temps. Selon elle, la réalisation de ces objectifs variés passe par  l’instauration d’un climat de confiance entre l’OCLEI et les citoyens. Pour le ministre, il s’agira de rassurer les personnes avec lesquelles  la structure aura, dans un cadre professionnel, des discussions fâcheuses mais loin d’être personnalisées ou subjectives,.

Quant à Moumouni Guindo,  président de l’OCLEI, il a rappelé que sa structure vise à développer des méthodes préventives en matière de lutte contre la corruption. Pour ce faire, l’Office exploite, entre autres, les réalités sociales et culturelles, les dispositifs juridiques pour mener à bien son travail. Par ailleurs, Moumouni Guindo a indiqué que la collaboration et la coopération constituent le crédo de l’OCLEI.  Il a aussi rappelé que deux formations sur la prévention et les techniques d’investigation sur la lutte contre la corruption et le blanchiment de capitaux, animées par des experts,  ont été récemment organisées au Mali. Grâce à ces ateliers, a-t-il ajouté, ils ont pu découvrir que la sensibilisation ainsi que la création de partenariat avec les personnes âgées, les chefs coutumiers, les leaders religieux et les journalistes, sont des stratégies aptes à révolutionner les mentalités. « La prévention est un moyen efficace qui réduit les répressions consécutives à l’enrichissement illicite», confie M. Guindo. Selon lui, plus les méthodes préventives seront mises en avant, moins il y aura de cas d’enrichissement frauduleux.

La corruption étant une réalité transfrontalière, Moumouni Guindo pense que la coopération internationale permettra de mettre un frein à ce fléau nocif pour l’essor des peuples.  Il a annoncé que très bientôt le Mali prendra part, à travers l’OCLEI, aux réunions du conseil de l’Union africaine sur la corruption.

Lassana NASSOKO

L’Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *