Trafic de maliennes par des agences de voyages : La dénonciation ahurissante d’une victime.

Le Mali est encore dans la ferveur de la célébration du Maouloud, une fête qui consacre la naissance et le baptême du prophète Mohammad PSL. Mais l’ambiance a été polluée en certains milieux religieux par un enregistrement vocal d’une fille qui n’a pas sa voix et sa personnalité.

(image utilisée juste a titre d`illustration).

 

Dans ce vocal, Batoma Traoré, une fille qui se présente comme une victime, indexe nommément l’agence Al Madina et toutes les autres de la capitale. Les agences de voyages sont accusées de faire un trafic de personnes, notamment de filles. En écoutant l’enregistrement vocal, la fille rapporte qu’elles auraient été vendues pour un travail d’esclavage.

Les auteurs de cette terrible affaire ne sont pas encore identifiés. La fille en question précise qu’elle serait originaire de Kirina et qu’elle logerait à Sébénicoro. Avec des témoignages poignants, expliquant que leurs maitres les contraindraient à coucher avec des chiens, couteaux et armes pointés sur elles. Combien sont-elles ? Dans quel pays se seraient déroulés ces cruels et infâmes ? Nous n’avons pas pour l’heure des réponses.

« C’est depuis 4h que nous commençons le travail de ménage, avec des surfaces très vastes sans observer le moindre repos » affirme Batoma Traoré d’une voix désespérée. Elle dit être de retour au Mali car elle s’être échapper. Des enquêteurs du pouvoir auraient déjà mis leur machine d’investigation afin d’identifier les auteurs de ces graves violations. Elle n’a cessé de mentionner le nom d’un certain Sacko qui aurait régler toute sa paperasse et son voyage.

Source: figaromali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *