Tractations politiques : Conférences des cadres à Ségou et San

Le week-end, la famille des leaders socio-politiques était en conclave, dans le cadre de retrouvailles ayant mis en avant leurs ambitions du moment.

C’était précisément dans l’après-midi du samedi dernier. Les cadres ségoviens – notamment ceux favorables au pouvoir – se sont retrouvés pour tirer un bilan de la présidentielle ainsi que des activités menées par chacun durant la campagne. Le rendez-vous a donné lieu à des empoignades et des critiques acerbes sur fond de dénonciation de l’attitude de plusieurs figures célèbre de la Cité des Balazans. En effet, d’aucuns ont été accusés de faible implication et contribution financière dans les activités pour la réélection d’IBK, et d’autres d’avoir tout simplement boudé la campagne sans explication – laissant leurs camarades à leur propre sort. Même le Directeur de Campagne au niveau régional en a eu pour son compte parce qu’il lui est reproché une répartition sélective du budget alloué à la mobilisation d’en 4è région.Si ce triste décor dessine les réalités du RPM de Ségou durant la présidentielle, un autre round a plané : celui des législatives.

Annoncées pour le 28 Octobre prochain pour le premier tour, ces nouvelles élections secouent déjà les états majors politiques. Il est certain que plusieurs députés de la région de Ségou se sont illustrés comme Yacouba Traoré ou Fatima Niambali tandis que d’autres n’ont fait que du surplace.

Seulement l’exigence des électeurs ainsi que leur attraction poussée vers l’argent fera déchanter beaucoup. Il est évident que Ségou symbolise la réussite du mandat d’IBK mais les appétits prennent une certaines ampleur créant la guerre d’ambitions et les conflits d’intérêts à plusieurs niveaux. C’est ce qui a eu raison du député ADEMA Boureima Dicko réduit à minorité. L’élu de Baraoueli Ada a finalement quitté la ruche pour intégrer le MPM d’Hadi Niangadou.Depuis celui qui avait intégré l’Assemblée Nationale à mi-mandat peaufine sa réélection dès le prochain mandat à pourvoir.

Le paradoxe c’est que Ségou, en dépit d’un nouveau visage du fait des actions entreprises par le Président réélu, verra ainsi plusieurs de ses cadres contraints à rendre le tablier. On en saura plus à travers les indiscrétions et coulisses de la conférence des cadres qui pourrait ne pas être la dernière.

Idrissa Keïta 

Source: Le Témoin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *