Tiégoum Boubèye Maïga recouvre la liberté dans l’affaire du tweet sur le compte de la Présidence

Le Tribunal de la Commune III de Bamako a rendu mardi son verdict dans l’affaire ministère public contre Tiégoum Boubèye Maïga, après les débats de fonds le 4 février dernier, a constaté l’AMAP.

L’ancien chef de la cellule de communication de la présidence de la République a été condamné à un an d’emprisonnement avec sursis et au paiement du franc symbolique.
Après l’annonce du verdict, Me Moussa Maïga a confié aux journalistes que son client avait été poursuivi pour des faits précis : l’introduction frauduleuse dans un système informatique et l’accès frauduleux à un système informatique.
L’avocat précisé que ces faits n’ont pas été établis à la lumière des débats à la barre avant de déclarer que lorsqu’il s’est agi de délibérer, le juge a estimé qu’il fallait requalifier les faits et retenir une autre infraction qui n’a pas fait l’objet de débats à la barre.
Le défenseur de Tiégoum Boubeye qui n’est pas satisfait du verdict, a affirmé que c’est sur la base de ces nouveaux faits que son client a été condamné à un an d’emprisonnement avec sursis, faits qui n’ont pas été démontrés et établis à la barre, selon lui.
À la question de savoir s’ils vont faire appel de cette décision, ses avocats ont indiqué que c’est à l’intéressé lui-même d’apprécier l’opportunité de le faire et après l’annonce du verdict, Tiégoum Boubèye Maïga n’a pas souhaité faire de commentaire.

DD/KM

(AMAP)

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *