Syndicat national des commerçants détaillants du Mali : Cheick Oumar Sacko et Bamba Kanandji Chevaliers !

Au siège du Patronat, sis à Quinzambougou, en Commune II du District de Bamako, la semaine dernière, le syndicat des commerçants détaillants s’était réuni pour partager un certain nombre d’informations et faire de sensibilisations autours d’un méchoui.

marche circulation route amboutillage voiture

En passe de traverser un terrible bouleversement dans l’exercice de leur activité commerciale à Bamako, les commerçants détaillants, regroupés dans un syndicat, se sont réunis pour partager une information en recevant également des messages de sensibilisation par rapport à l’opération de déguerpissement en cours. Une réunion convoquée par le Président de leur section syndicale, Cheick Oumar Sacko et son Adjoint Bamba Kanandji.
En premier lieu, l’information qui a passée ce jour était relatif à l’honneur que le syndicat a reçu auprès des autorités.
En effet, deux Responsables du synacodem (le Président Cheick Oumar Sacko et le Vice-président Bamba Kanandji) ont été faits respectivement Chevalier de l’Ordre national et Chevalier du Mérite national témoignant l’effort dans l’union du syndicat par rapport à la volonté du gouvernement tant dans la joie que dans la tristesse. Le synacodem a tenu à remercier le Ministre du Commerce, Abdoul Karim Konaté, l’initiateur de ladite marque de reconnaissance d’honneur.
Le second temps fort de la rencontre portait sur une sensibilisation du syndicat par rapport à la volonté du gouvernement de laisser le gouvernorat persister dans l’opération de démolition et de destruction des boutiques, kiosques, points de vente de carburant et étales des commerçants détaillants en cours dans notre capitale. Une opération dont les militants du mouvement syndical payent le prix fort.
Pour bien préparer le riposte, le syndicat a non seulement demandé à ses militants et militantes d’éviter tout acte de violences prématurées contre l’action de déguerpissement mais aussi et surtout d’adhérer au plus vite possible au processus de recasement entrepris par la CCIM. Sur l’initiative du gouvernement en rapport avec le Département du Commerce et la Chambre du commerce et d’industrie du Mali, chaque commerçant peut et doit se faire recenser pour pouvoir obtenir une place dans sa commune.
Certes, cette promesse peut être considérée comme un acquis ; mais, cependant, le synacodem, tout en optant pour paix sociale, ne compte pas se laisser influencer par le pouvoir au détriment de l’intérêt légitime des commerçants.
Mohamed BELLEM LE COMBAT| lecombat.fr

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *