Spéculation foncière à Sirakaro Méguetan : La maison du chef village de Dialakoungo menacée de démolition

Mme Touré Nana Koné inspectrice des services économiques à la retraité fait de nos jours l’objet de vives critiques par des occupants d’un espace d’un hectare et demi à Sirakoro méguetan derrière l’Edm-sa car cette dame menace de démolir sur le site une cinquantaine de maisons dont celle du chef de quartier de Dialagounko, un secteur de Sirakoro Méguetan.

C’est au cours d’une assemblée générale tenue le week-end dernier sur le site que les occupants ont condamné de vive voix les pratiques de cette dame, Mme Touré Nana Koné, accusée de spéculation foncière.

De quoi s’agit-il ? Selon le chef de quartier de ce secteur de Sirakoro, Chaka Tangara, il est le premier occupant de ce site avec l’accord du chef de quartier de Sirakoro Méguetan. “Lorsque je m’installais ici avec l’accord du chef de village de Siarakoro Meguetan, l’endroit là était une forêt danse avec des animaux sauvages” se rappelle-t-il. Avant d’exprimer son étonnement de voir des émissaires de Mme Touré prétendant que cette dernière à un titre foncier sur l’endroit.

Le plus étonnant dans cette histoire, a-t-il poursuivi, c’est que le site en question est une zone aéroportuaire depuis 1995, année à laquelle il a été formellement interdit de délivrer un titre sur la zone. “Ce qui est compromettant pour Mme Touré, c’est que son prétendu titre 11479 date de 2004 et comporte des ratures. Et on ne peut pas établir un titre sur ces terrains sans l’accord du chef de quartier de Sirakoro et celui-ci a été catégorique : il n’y a aucun titre sur ces parcelles” a ajouté Chaka Tangara.

Très remonté un autre habitant a rappelé qu’il a acheté sa parcelle en 2011.  “J’ai fini de la construire en 2014. De cette date à nos jours, je n’ai vu personne réclamer quoi ce soit, à part des gendarmes envoyés récemment par Mme Touré, nous convoquant au camp I de la gendarmerie pour demander notre expulsion” a déploré un intervenant lors de cette assemblée. Au cours de la réunion, les participants ont été catégoriques : “Pas question pour eux de laisser leur parcelle au profit d’une spéculatrice foncière”. Pour certains, ils vont marcher d’abord sur leurs cadavres avant de démolir leurs maisons.

Il se trouve que, pour le moment, la Dame en question évite de se rendre sur le site. En tout cas, l’affaire est au niveau du tribunal de la commune VI du district de Bamako qui doit donner son avis dans les tous prochains jours.                                      

 Kassoum THERA

Source: Aujourd`hui mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *