Souleymane Koné des FARE AN Ka Wuli lors du meeting de la plateforme ‘’An Tè A bana’’ «… notre combat est entre nous et IBK »

Lors de son passage, au pupitre du meeting de la plateforme ‘’Anté A Bana Touche pas à ma Constitution’’ le porte-parole du mouvement « On a tout compris ‘’Waati Sera’’ » Adama Ben Diarra a invité les manifestants à sortir massivement, la prochaine fois pour dénoncer le jeu trouble de la France et de la MINUSMA.

souleymane kone constitutionnelle foule bamako marche manifestation anti revision mali

Dès la fin de son intervention il sera apostrophé, comme s’il avait commis un crime, par Souleymane Koné, vice-président du parti Fare An ka Wuli qui faisait office de maître de cérémonie.

« La plateforme ne se sent nullement engagée par ce sit-in et notre combat est entre nous et IBK ». Voilà ce qu’a déclaré le maître de cérémonie du meeting  de la ‘’Plateforme Anté A ba na’’.  L’auteur de cette déclaration n’est autre que Souleymane Koné, vice-président du parti FARE AN KA Wuli, membre de la plateforme ‘’An tè A bana Touche pas à ma Constitution’’. Histoire de cadrer un autre membre de la même plateforme, pour avoir invité les manifestants à sortir massivement pour dénoncer le jeu trouble de la France et de la Minusma dans la gestion de la crise.  Il s’agit de Adama Ben Diarra du mouvement ‘’On a tout compris ‘’Waati Sera’’.

Pour rappel, dans la matinée du jeudi (le même jour où la plateforme ‘’Antè Abana’’ a tenu son meeting), le mouvement « On a tout compris ‘’Waati Sera’’ avait tenu un sit-in devant l’ambassade de France pour dénoncer ‘’sa partialité’’ dans la gestion de la crise au Mali. Mais l’événement n’a pas mobilisé grand monde bien qu’il soit plus important que d’autres, dont l’accueil du ‘’Rasta’’. Toute chose qui aujourd’hui poussent beaucoup à s’interroger sur les motivations réelles de la plateforme ‘’An tè A bana’’  celle-là même qui  se base sur l’art 118 de la Constitution pour motiver le retrait pur et simple du projet.

Beaucoup d’observateurs sentent dans les manœuvres de cette plateforme une forte dose de vengeance et de règlements de compte politique. En tout cas, cette fois-ci on peut dire que le vice président des Fare n’a pas pu avaler sa langue. Et du coup, donne raison à ceux qui voient dans cette lutte une guerre à IBK.

Par Moïse Keïta

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *