Sortie de crise : Trente-cinq propositions pour l’exclusivité de la justice transitionnelle

Les propositions du Réseau des jeunes pour une justice transitionnelle inclusive au Mali, portent sur le fonctionnement de la Commission vérité, justice et réconciliation (CVJR), la réparation, le traitement réservé aux victimes, l’implication de la société civile et des chefs coutumiers ainsi que les réformes structurantes à mener.

mamadou-ismaila-konate-ministre-justice-garde-sceaux

Think Peance Mali, en partenariat avec l’ONG marocaine “Le Médiateur pour la démocratie et les droits de l’Homme” et le programme Accord-Mali de l’USAID, a lancé le mercredi 7 décembre 2016, le Réseau des jeunes pour une justice transitionnelle inclusive au Mali.

Cette organisation ambitionne de devenir une force de proposition en matière de justice transitionnelle et un espace de débat, de sensibilisation et d’action pour accompagner le processus de justice transitionnelle et permettre aux jeunes Maliens d’être des acteurs actifs dans la dynamique de réconciliation nationale.

Par la même occasion, Think Peance a présenté à la CVJR et à l’ensemble des parties prenantes à l’accord pour la paix et la réconciliation, 35 propositions et mesures opérationnelles, structurantes, fondamentales et prioritaires pour une justice transitionnelle inclusive au Mali.

Ces propositions, selon Fodé Barry, représentant le coordonnateur de Think Peance Mali, portent sur le fonctionnement de la CVJR, la réparation, le traitement réservé aux victimes, l’implication de la société civile et des chefs coutumiers ainsi que les réformes structurantes à mener.

Pour le fonctionnement du CVJR, Think Peance propose l’accélération de la structure à travers la mise en place d’un plan d’action clair et ordonné pour l’accomplissement de sa mission dans les délais impartis.

Pour les réformes structurelles à mener, il plaide la mise en œuvre d’une feuille de route pour inscrire le pays dans une dynamique de développement économique, sociale basée sur l’équilibre sociale et le bien-être général à travers des réformes dans l’éducation, la défense, la sécurité et l’insertion socioéconomique des jeunes et des femmes.

Quant au traitement réservé aux victimes, Think Peance est pour l’organisation, l’implication et le renforcement des capacités des victimes et leurs ayants droit en matière de plaidoyer et d’accompagnement du processus de justice transitionnelle. Il prescrit le renforcement des capacités des acteurs de la société civile et des leaders coutumiers dans la collecte et le traitement des données, la documentation et leur implication dans le processus de la justice transitionnelle afin de revaloriser les mécanismes coutumiers alternatifs de résolution des conflits.

La mise en œuvre de ses recommandations a estimé Fodé Barry, aura un impact positif eu égard à leur incidence horizontale sur la dynamique de justice transitionnelle d’un côté et sur le processus de réconciliation nationale dans sa globalité de l’autre côté.

Le CVJR, l’Assemblée nationale et le ministère de la Réconciliation nationale ont salué l’initiative de Think Peance et assuré leur engagement à soutenir le Réseau pour l’atteinte de ses objectifs.

M. Diallo

 

Source : L’Indicateur du Renouveau
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *