SOMAGEP : Des centaines de m3 d’eau gaspillée par jour à Lafiabougou

Les consommateurs d’eau potable se sont retrouvés subitement entre les mains d’une nouvelle société dénommée Société malienne de gestion de l’eau potable SOMAGEP sans comprendre comment et pourquoi. Au lieu de répondre par une prestation de services mieux que ceux que les consommateurs ont connus avec l’énergie du Mali (EDM), cette toute nouvelle société qui s’est installée gaillardement n’a fait que plongé les abonnés dans une crise d’eau sans précédent. Pire, quelque part dans le district de Bamako, l’eau coule à flot dans les rues en direction des fossés et des collecteurs. C’est le cas à Lafiabougou section K où la station de reprise est devenue une station de rejet.

 somagep societe malienne gestion eau potable edm agence

Pourtant, la gaillarde société avait essayé de rénover le réseau de distribution en des endroits dans la capitale. C’était dans le but de soulager la souffrance des abonnés. Des tranchés ont été creusés, de nouveaux tuyaux ont été posés. Les populations ont accepté les désagréments de ces travaux (tranchés restés ouverts pendant des semaines et le plus souvent mal fermés) tout en pensant que c’est à leur bonheur. Illusion ! Après ces travaux de charme, les abonnés continuent à veiller, pour ceux qui sont en hauteur, afin d’avoir quelques litres d’eau dans les robinets. Comme si cela ne suffisait pas, les abonnés de la section K de Lafiabougou assistent depuis plusieurs mois déjà à un gaspillage de l’eau  dans l’indifférence quasi méprisante de la SOMAGEP. En effet la station dite de reprise, sise au flanc de la colline de Lassa, rejette ou perd des centaines de m3 d’eau par jour. De l’eau potable, celle pour laquelle une bonne partie des consommateurs passent des nuits blanches, coule à flot derrière leurs fenêtres. ‘’Nous ne comprenons pas vraiment, il y a toujours crise d’eau mais l’eau est gaspillée tous les jours’’ a déclaré un habitant de ce secteur de Lafiabougou. Ironiquement, pour signifier l’ampleur du phénomène, un autre dira ‘’La quantité d’eau qui coule derrière nos fenêtres a créé un climat de fraîcheur dans nos chambres, ce qui nous oblige à nous couvrir à des heures avancées de la nuit’’.

Nous interpellons la SOMAGEP. Nous n’attendons pas d’elle une explication mais une solution. Le phénomène a trop duré, aucun discours, qui d’ailleurs risque de ne pas être digeste, ne peut enlever de la tête des abonnés ceci ‘’Si vous ne pouvez pas nous donner de l’eau, ne gaspiller pas cette denrée précieuse sous nos yeux’’.

Lemzo

SOURCE: Le Potentiel  du   9 sept 2014.

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.