Six jours de grève de la faim des cheminots : Le silence assourdissant des plus hautes autorités

Le Syndicat des travailleurs du Mali ( SYTRAIL), a animé un point de presse, ce lundi 24 décembre 2018 à la gare ferroviaire de BamakoL‘objectif de cette rencontre avec les hommes de média consistait à faire le point desix jours de la grève de la faim des cheminots. C’était en présence du secrétaire général du SYTRAIL, M. Mahamane Thienta, et plusieurs cheminots.

<< Nous n’avons vu aucune autorité durant nos six jours de la grève de la faim>> a dit lsecrétaire général du SYTRAIL, M. Mahamane ThientaSelon le syndicaliste M. Thienta, les cheminots sontà leur sixième jour  hors de leurs familles bravant moustique, fraîcheur de la gare ferroviaire de Bamako en attente de leur droit sacréles 9 mois de salaire . Six jours aprèsindique t-il ,aucune autorité n’a rendu visite aux cheminots grévistes pour décanter la situation plus qu’alarmanteCe qui dénote la mauvaise foile mepris, l’inconscience de nos plus hautes autorités qui se moquent de lavie des plus miséreux et des plus nécessitédu pays.

L’on se rappelle, lors de l’annonce de la grève de la faim des cheminots après 9 mois sans salairele gouvernement du Mali, à travers le ministre de l’équipement et des transports, avait demandé aux cheminots la suspension du mot d’ordre de grèvealléguant que celui-ci ( gouvernement) aurait déjà pris des dispositions pour mettre les travailleurs dans leurs droitsL’offre proposéà cet effet, était le payement de seulement deux mois de salairesur les neuf mois reclamés par les cheminots grévistesUne proposition, visiblementrestée sans suite, auxdires du conférencier principal, et qui grandit djour en jour le pessimisme au sein des cheminots grévistes. << Nous n’avons même pas l’assurance d’avoir ces deux mois d’arrièré dsalaires comme annoncés par le gouvernement>> a martelé Mahamane Thienta.

Face à cette inertie et l’indifférence de nos plus hautes autoritésle syndicat des travailleurs du rail  SYTRAILà travers son secrétaire général, menace d’accentuer la pression<Si l’Etat ne réagit toujours pas, nous ferons venir toutes nos familles ici à la gare à partir de demain ( mardi) et nous allons tous mourir de faim ensemble>> a prévenu M. Thienta.

Au cours de ce point de presse, les membres du SYTRAIL, ont donné les échos de leurs confrèresdes autres localités du rail. A leurdires, le mot d’ordre de grève est respecté par tous les cheminots du Mali de Diboli à BamakoPour preuve, avant le début du point de presse, un cheminot de Kati, du nom de Moussa Sissoko, a parcouru 18 km à piedpourrejoindre ses collègues grévistes<< Il fait cesacrifice chaque jour>nous a t-odit. Iecheminots ont également dit avoir reçu le message de soutien de leurcamaradessyndicalistes du raildu Burkina Faso, de la Corée, du Sénégal, de la Côte-d’Ivoire et ainsi quplusieurs syndicats du Mali.

Avant la fin de cpoint de presse, les cheminots ont réaffirmé toutes leurs reconnaissances envers les personnes de bonne volonté qui leur onmanifesté leurs soutiens, avant d’interpeller le Haut ConseilIslamique du Mali, l’église Catholique et protestante, la société civilela famille fondatrice de Bamako et Cheik Chérif Ousmane Madani Haidara, à s’impliquer pour une issue favorable à cette crise dramatique.

Boubacar Kanoute.

 

Source: figaromali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *