Signature de la charte des médias : L’image de la femme malienne au cœur des débats

La Maison de la Presse et l’Association IDEM en partenariat avec l’Institut Panos Afrique de l’Ouest et OXFAM Novib ont organisé le samedi passé une cérémonie de signature de la charte des médias pour le respect de l’image et des droits des femmes à l’information et à l’expression du Mali.

La dite cérémonie était présidée par le Ministre de l’Economie Numérique, de l’information et de la Communication, M. Choguel Kokala Maiga, en présence du Ministre de la Promotion des Femmes, de l’Enfant et de la Famille, Mme Sangaré Oumou Bah, le président de la Maison de la Presse, M. Dramane Aliou Koné, la représentante de l’IPAO, Mme Pauline Bend, la représentante d’OXFAM, Mme Rose Balo et beaucoup d’autres invités.

Après les mots de bienvenue du président de la Maison de la presse, M. Dramane Koné, interviendra la représentante de l’IPAO, Mme Pauline Bend qui a signalé que l’inégalité entre homme et femme dans le domaine de l’information et de la communication se manifeste sous plusieurs aspects : faible accès aux plus hautes responsabilités ou aux moyens de production, présence limitée et très contrastée selon les rôles joués ou les positions occupées dans les médias. Les médias peuvent aussi alimenter cette inégalité à travers un traitement professionnel de certain sujet  sensible en résultant la responsabilité à qualité égale.

Le Ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Sangaré Oumou Bah, dira ceci : «le Mali entend concrétiser ses engagements nationaux, internationaux et africains au regard de l’édification d’une société démocratique et d’un Etat de droit dans lequel l’égalité entre les femmes et les hommes constitue une valeur fondamentale telle qu’inscrite dans la constitution du 25 février 1992.

La convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, une cohérence avec les recommandations de la conférence de Beijing sur les femmes qui invitent les Etats à prendre des mesures urgentes et pertinentes à l’effet de lever toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et de créer les conditions durables pour assurer l’égalité entre les femmes et les hommes», a-t-elle précisé.

Selon elle, cette démarche des médias maliens pour promouvoir un environnement médiatique plus favorable aux droits des femmes à l’information et à l’expression réjouit à plus d’un titre. «C’est pourquoi, je félicite et encourage toutes les parties prenantes notamment la Maison de la Presse, l’association IDEM, les associations professionnelles de femmes journalistes et vos partenaires, notamment l’Institut Panos Afrique de l’Ouest et OXFAM Novib», a ajouté Madame le Ministre.

Pour le Ministre de l’Economie Numérique, M. Choguel Kokala Maiga, l’égalité entre homme et femme ne signifie pas l’abolition de toute différence entre les deux mais plutôt l’exercice plein et entier de leurs droits, de leurs devoirs et de leurs responsabilités.

«Qu’on soit une femme ou un homme, on ne doit pas dire qu’une personne n’a pas droit à une fonction de responsabilité parce que c’est une femme ; qu’elle ne peut pas être nommée directeur, élu, ambassadeur, ministre parce que c’est une femme. Les femmes ont le droit, la qualité et l’opportunité de s’épanouir», a-t-il conclu.

  1. COULIBALY
  2. SOURCE :  L’Express de Bamako
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.