Sidiki Konaté va t’en va t’en de notre ORTM

“Le journalisme est un métier où il faut chercher, traiter et transmettre l’information le plus fidèlement possible, connaître chaque respiration du monde afin de mettre en relation l’actualité et le public.”


Voilà la noble tâche du journalisme, mais on assiste exactement au contraire de celle-ci avec notre fameuse ORTM.

Docteur Sidiki Konaté souille L’ORTM et sa profession de journaliste par son goût pour les postes. Il ne peut plus continuer éternellement à être le manager de L’ORTM depuis notre enfance jusqu’à notre mort, il n’est pas le seul homme au monde détenteur d’un doctorat en journalisme. Il use et s’en abuse, l’ORTM n’est pas pour ses aïeux. Sa présence à la DG rend le système défaillant. Il doit quitter le même jour que son président de la République. Il ne peut rien. Il ne peut même pas changer le mil en bière. Il est le blocus, il stagne et retarde le changement au niveau de L’ORTM.
Il ne pense qu’à lui-même oublie et abandonne ses autres collaborateurs journalistes dans la boue. Lui dans le luxe et les autres dans l’indigence. Sidiki Konaté être directeur, c’est être vertueux et d’avoir la dignité, de permettre l’égal accès à L’ORTM à tous les citoyens.

L’ORTM naguère au service public, symbole de notre liberté et de notre Indépendance qui galvanisait et faisait remonter des pans entiers à l’esprit par ses émissions des souvenirs mielleux qu’ont vécus les Maliens hélas ne fait plus la fierté. Quand je pense au programme riche de variétés qu’avait cette télé et cette radio. Cette radio sur laquelle passait l’auguste voix de Banzoumana Sissoko dans un de ses morceaux intitulé “fanga tee dan kele, fanga tee dan kele mali baa keera anw taa yee.” Je ne puis douter que ce soit toujours la même radio ou la même télé encore. Cette radio fut une véritable ressource de notre histoire nationale.

Aujourd’hui l”ORTM est devenue totalement un lieu où l’on s’envoie plus de missiles fétichistes pour avancer que de bosser pour avoir une carrière.
D’ailleurs l’argument qui en reste est « qu’il faut être sorcier pour ne pas être dévoré par d’autres sorciers ».
L’ORTM a perdu sa notoriété d’antan et ne sert plus qu’un pouvoir et non le peuple. On n’assiste plus qu’aux images de IBKim Jong un et de son troupeau qui passent et repassent ne proférant qu’un seul argument : « c’est nous qui sommes au pouvoir ».

L’ORTM doit être complètement remodelée et arrêter le phénomène du ping-pong du même homme au même poste. Si notre démocratie est encore plus à terre c’est dû à cette incompétence de L’ORTM.

Les journalistes sont devenus des mendiants-réceptionnistes des billets de 5000 et 10 000 francs. Ce qui fait que le plus offrant verra son image inondée l’écran. Le clientélisme est devenu un fond de commerce à L’ORTM.

L’ORTM est un bien commun et que justice doit la parfumer. La justice est de donner à tout le monde la liberté d’expression et non d’être un fantassin du régime. La corruption instituée par cet énergumène de professionnels doit être abattue, amortie et effacée de Bozola.

Ousmane et Moctar

Source: Niarela

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *