Session budgétaire de l’EDM.SA : le budget prévisionnel pour l’année 2015 est de 4 milliards de F Cfa

La société de l’Énergie du Mali-sa (Edm-sa) a tenu, mercredi 18 février 2015 dans la salle de conférence de sa direction générale, une session budgétaire ordinaire. Cette session a été présidée par monsieur Ibrahim Bocar Daga, Président du Conseil d’administration, en présence bien entendu des administrateurs notamment le Directeur général de l’Edm-sa, Doroh Berthé.

Il convient de rappeler que cette session budgétaire avait comme ordre du jour, de faire l’examen et l’approbation des budgets d’exploitation et d’investissement de l’exercice 2015. ‘’Malgré les multiples difficultés au plan national et international, la société Énergie du Mali a pu continuer d’assurer pleinement sa mission de service. Et cela grâce à l’appui et à l’accompagnement de l’Etat, des banques, des autres partenaires au développement, des fournisseurs. Etc. Sans oublier l’engagement professionnel des travailleurs et la confiance de ses clients’’, a déclaré monsieur Ibrahim Bocar Daga, Président du Conseil d’administration.

Avant de noter que les coupures de courant interviennent cette année plutôt que prévues. Face à cette situation, l’Edm-sa n’a ménagera aucun effort pour résoudre ce problème.

Pour relever ce défi majeur, le budget d’investissement a été élevé à la somme globale de 102 milliards de Francs Cfa, dont 29 milliards sur financements extérieurs ; 19 milliards sur financement Edm-sa et 53 milliards sur financements à chercher.

S’agissant du budget d’exploitation, il fait ressortir un total de charges s’élevant à la somme de 186 milliards de F Cfa et un total de produits d’un montant de 190 milliards (subvention comprise). Il est nécessaire de souligner que le résultat prévisionnel au 31 décembre 2015 s’élève à la somme de 4 milliards de F Cfa. Cette somme est tributaire de plusieurs facteurs qui sont, entre autres : la réalisation effective des investissements programmés, la disponibilité du fioul lourd pour les centrales thermiques pour une exploitation à moindre coût desdites centrales, le prix des hydrocarbures sur le matché international, la disponibilité d’énergie en provenance de la Côte d’Ivoire dans le cadre de l’interconnexion et la productible des centrales hydroélectriques.

Seydou Karamoko KONÉ

source :  Le Flambeau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.