Semaine de la langue française et de la Francophonie : au Mali, le lancement a eu lieu à l’école « les Ecrivains »

C’est sous la présidence de la Sénatrice des Français de l’étranger, Claudine Lepage, et le chargé de mission à la Présidence du Mali, Ismaël Sacko, que la semaine de la langue française et de la Francophonie a été lancée au Mali à l’école « les Ecrivains » sise au quartier Bolibana de Bamako. Etaient également présents, Sot Bar Mariane, membre de l’association Français du monde (FDM); David Lassère de l’ambassade de France au Mali; David Simon de l’école « Liberté »; Marina Coulibaly Simon, directrice de l’établissement les « Ecrivains ».

 

Cette semaine qui va du 17 au 25 mars, permet de célébrer la langue française à travers de nombreuses animations organisées partout en France et à l’étranger.

La semaine de la langue française et de la Francophonie a été créée en 1995 à l’initiative du ministère de la Culture et de la Communication de la France. Elle est organisée chaque année autour du 20 mars, Journée internationale de la francophonie. Cet événement est un moment privilégié de l’identité francophone. Des milliers de manifestations sont organisées en France et à l’étranger : ateliers d’écriture, joute oratoire, compétitions de slam, conférences-débats, expositions, rencontres etc.

Au Mali, le lancement a été caractérisé par quelques activités comme la chorale, la dictée, une démonstration d’escrime et duel, et des remises de prix.

Pour la présidente des Français du monde Mali (FDM-Mali), Mme Maïga Fatoumata Anna, « la Francophonie, c’est la force d’une convergence autour de la langue française ; c’est aussi la richesse d’une diversité des valeurs de cultures et de civilisations ; c’est 84 Etats et gouvernements ; et c’est surtout en 2050, 80% de locuteurs ici en Afrique ».

L’association les Français du monde Mali a tenu à marquer cette semaine importante en organisant un concours de dictée qui a réuni les élèves de différents établissements de Bamako (maliens, français), homologués dans un esprit de saine émulation.

Les épreuves de dictée ont concerné les niveaux CP/CE1; CE2 à CM2; Collège; Lycée; et adultes. Elles ont surtout permis de révéler qu’en matière de dictée, les femmes sont plus meilleures que les hommes. Tenez-vous bien !

Dans la catégorie de CP/CE1, la première a été Clarisse Tiendo; la deuxième Tata Imane Traoré et la troisième Mahira Sacko. Elles sont tous de l’établissement les « Ecrivains ». Le prix de la meilleure écriture a été remporté à ce niveau par Oumou Touré issue également de l’école « Les Ecrivains ». Leurs prix ont été remis par la sénatrice des Français de l’étranger, Claudine Lepage. Pour la catégorie de CE2 à CM2, le premier prix a été remporté par Oualy El Hadj Yancouba de l’école « Livia Lamoure »; le deuxième par Bah Mamadou Djouma de « Collège Royal »; et le troisième par Sangaré Nafissatou de « Livia Lamoure ». C’est Daouda Sanogo de l’établissement « Les Ecrivains » qui a remporté dans cette catégorie le prix de la plus belle écriture. Ils ont reçu leurs prix des mains de David Lassère de l’ambassade de France au Mali. Dans la catégorie du Collège, le premier prix a été remporté par Aïssata Bagayoko de l’école « Collège royal »; le second par Nantenin Touré de l’établissement « Les Ecrivains »; et le troisième par Aminata Tembely de l’école « Livia Lamoure ». C’est aussi cette dernière qui a remporté le prix de la plus belle écriture de cette catégorie. Dans la catégorie des lycéens, c’est Aissata Koita de « Collège royal » qui a remporté le premier prix; le second l’a été par Ouattara Safiatou de « Collège royal » et le troisième par Fatoumata Sanogo de l’école « Liberté ». C’est Coumba Diarra de l’école « Cheick Modibo Diarra » qui a remporté le prix de la meilleure écriture. Leurs prix ont été remis par David Simon.

En ce qui concerne la catégorie des adultes, c’est l’avocat Me Maïga Abouba Aly qui a remporté le premier prix. Me Maïga est également parent d’élève de l’école « Les Ecrivains ». Le deuxième prix de la catégorie des adultes a été remporté par Marianne Sot Bar; et le troisième par Gbaguim Nanege. La plus belle écriture a été l’œuvre de Claudine Lessage.

Il faut ajouter que des cadeaux ont été remis à la sénatrice des Français de l’étranger Claudine Lepage par les enfants.

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *