Seid Chérif Ousmane Madani Haidara vient d’être élu à la tête du Haut conseil islamique du Mali

Élection de la présidence du haut conseil islamique, chérif Ousmane Madani Haidara remplace le président sortant cheick imam Mahmoud Dicko.

Chérif Ousmane Madani Haïdara est un prédicateur musulman malien qui a créé en 1993 le mouvement religieux appelé Ançar Dine (sans lien avec le groupe terroriste malien Ansar Dine) http://bamada.net/congres-du-haut-conseil-islamique-du-mali-soufi-bilal-diallo-face-a-ousmane-cherif-madani-haidara

Biographie

Chérif Ousmane Madane HAIDARA est né le 12 Mai 1955 à Tamani dans la région de Ségou.

Chérif Ousmane Madane HAIDARA est né le 12 Mai 1955 à Tamani dans la région de Ségou. Tamani est situé à environ 70 km de Ségou, la 4ème région en république du Mali. Il prêche en langue Bambara, une langue parlée dans plus de 6 pays d`Afrique de l`Ouest, D`où provient la majorité de ses fidèles.

D`origine chérifienne, c`est-à-dire descendant du prophète Mohammad (PSL), son père est Mohamad El-Madani HAIDARA (Qu`Allah l`agrée) et sa mère Massitan TRAORE encore vivant et résidant à Tamani où le guide se rend toutes les fêtes de Ramadan et TABASKI. http://mali-web.org/societe/ousmane-cherif-madani-haidara-se-lache-mettre-le-feu-au-pays-et-sen-sortir-idem-nest-pas-possible Il est communément appelé HAIDARA, ou Chérif, ou Bani, ou même Woulibaly (qui signifie “Qu`on ne peut le contredire”) car tout ce qu`il dit provient du Coran et des Hadiths. Il ne possède pas une autre toriqua. Ses enseignements se basant uniquement sur le Coran et les hadiths du prophète Mohammad (P.S.L).

Son père n`avait eu qu`une fille qui est décédée à bas âge. Son père a fait plus de 10 ans après ce décès sans enfant. Il était un musulman pieux et sincère. Il a donc pris l`engagement entre lui et Dieu, que si Dieu lui donne un enfant, il le sacrifiera dans le sentier d`Allah. C`est cet enfant qui fût Chérif Ousmane Madani HAIDARA.

Chérif Ousmane Madane Haidara fut d`abord inscrit à l`école française, ensuite son père l`a enlevé pour le mettre dans une medersa à Ségou. Pour son père, c`est le seul moyen d`honoré son engagement face à Dieu (Exalté soit-Il). http://malijet.co/societe/presidentielles-2018-le-cherif-ousmane-madani-haidara-a-choisi-son-camp C`est ainsi qu`il fut inscrit au célèbre établissement de Saad Touré. Un établissement connu à cette époque pour la diffusion des enseignements islamiques.

Il arrêta ses études après six ans. Son père lui confia à un illustre marabout Bama Worofana. Il resta près de ce dernier jusqu`à la mort de son père. Ensuite, il va entreprendre son propre autoformation en cherchant toutes les connaissances qui sont nécessaire à la bonne compréhension de l`Islam.
En fin 79 début 80, il est rentré en Côte d`Ivoire, précisément à Daoukoro, ensuite d`autres villes, pour faire des prêches et pendant ce temps, il avait aussi le savoir maraboutique et le pratiquait de temps en temps. Il a commencé les prêches dès l`âge de 13 ans, en ce moment il était encore inscrit à Ségou, et enseignait la prière et les ablutions à son retour au village natal.

De retour au Mali, il vient à Mopti et continue à faire des prêches en dénonçant toutes les mauvaises pratiques de la société. Il se fait facile des ennemis à qui profitaient ces mauvaises pratiques comme la corruption. Il va connaître sa première suspension de faire le prêche public à Mopti. Il était contraint de venir à Bamako pour voir les autorités enfin de retrouver son autorisation d`exercer son métier la prédication. Il profita pour faire quelques prêches. Beaucoup de gens furent séduit par tout autre prêche venant de lui qui dénonçait toutes les mauvaises pratiques de la société. Un groupe de femme lui a proposé de rester à Bamako et de continuer à véhiculer son enseignement. Il accepta et resta à Bamako. http://koulouba.com/politique/quand-des-saints-reviennent-a-des-sentiments-sains-mahmoud-dicko-et-cherif-ousmane-haidara-trebuchent-et-se-rachetent

A Bamako, il va connaître sa deuxième suspension à cause des propos qu`il tenait. Il lui fut interdit de faire ces prédications sur les places publiques. Il organisait ses prêches chez lui. Les fidèles qui étaient convaincus, venaient suivre ces prêches et enregistraient sur des cassettes audios. C`est ainsi qu`il a pu véhiculer son enseignement tout en étant sous embargo.

Ses fidèles ont eu l`idée de créer une association pour lui aider à véhiculer son enseignement. Au début, ils s`étaient proclamé “Ton de Haidara”, http://niarela.net/religion/politique-et-religion-divergences-de-vues-entre-dicko-et-haidara mais c`est lui même qui va proposer un autre nom “Ançar-dine” comme au temps du prophète Mohammad (PSL) ceux qui ont voulu le recevoir.

Ousmane Madani Haïdara élu à la tête du haut conseil islamique et remplace Mahamoud Dicko.

L`ançar-dine est devenu peu à peu une institution par le nombre de personne qui la compose et le nombre de pays d`implantation.

Source: Bamada.net

Biographie de Mahmoud Dicko

Mahmoud Dicko est un imam sunnite malien originaire de la région de Tombouctouqui préside depuis janvier 2008 le Haut Conseil islamique malien (HCIM).

Ancien professeur d’arabe, il devient au début des années 1980 l’imam de la mosquée de Badalabougou à Bamako. Il a été secrétaire général de l’Association Malienne pour l’Unité et la Progrès de l’Islam (AMUPI), courroie de transmission du parti unique de l’ancien dictateur Moussa Traoré et Premier Secrétaire sortant aux Affaires religieuses

Mahmoud Dicko se réclame du courant Sunnite de l’islam. Selon l’ethnologue Jean-Loup Amselle : « Mahmoud Dicko est un quiétiste qui refuse le djihad et l’application des règles les plus violentes de la charia, comme le fait de couper les mains des voleurs. Alors que les fondamentalistes wahhabites refusent tout ce qui s’est passé avant l’islam, lui affirme que ce qui fait tenir ensemble la société malienne, ce sont l’islam et les traditions pré-islamiques, d’où l’importance de s’appuyer sur ces traditions, garantes de l’ordre ».

En 2009, il s’oppose au projet de code des personnes et de la famille au Mali présenté par le gouvernement4 et obtient grâce à une mobilisation importante sa révision. En 2012, lors de la guerre du Mali, il prend position en faveur d’un dialogue avec les islamistes et rencontre Iyad Ag Ghali, le leader d’Ansar Dine. En 2013, il affirme que l’intervention de l’armée française au Mali, en appui à l’armée malienne contre des groupes jihadistes armés, n’est pas une agression contre l’islam, mais que la France a volé au secours d’un peuple en détresse, qui a été abandonné par tous ces pays musulmans à son propre sort.

Le 25 novembre 2015, après l’attentat du Radisson Blu de Bamako, il déclare sur VOA : « Les terroristes nous ont été envoyés par Dieu pour nous punir de la promotion de l’homosexualité, importée d’Occident et qui prospère dans notre société ». Le 12 décembre 2015, à la grande mosquée de Bamako, Mahmoud Dicko déclare que le djihadisme est une « création des Occidentaux » et de la France afin de « recoloniser le Mali »

Le , l’imam Mahmoud Dicko déclare avoir reçu, après huit mois de discussions, une lettre d’Iyad Ag Ghali dans laquelle ce dernier annonce « l’arrêt des attaques sur toute l’étendue du territoire ». Mais Ansar Dine dément ces déclarations le 2 novembre

Source: Maliactu.info

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *