Sécurité routière – MTS : des innovations pour sauver des vies

Malgré la non-assistance directe de l’Etat, Mali Technic System (MTS) chargé du contrôle des véhicules entend toujours relever les défis. C’est ainsi que face aux critiques acerbes et suite à la visite des députés de la commission Transports et Equipements au service, et de nombreux contrôles inopinés, nous avions enquêté !

foret ville capital bamako changement climatique plantation herbe circulation routiere

MTS ou communément appelé contrôle technique est un service qui doit permettre de mettre les engins (Autos) en règle de circulation. Afin qu’ils soient dans les normes requises de freinage, d’arrêt, etc.

En effet, pour satisfaire notre curiosité, nous avons mené une enquête minutieuse sur le service situé à Sogoniko. Notre démarche à consister à partager avec nos lecteurs certaines préoccupations majeures de l’heure entre autres les tarifs, calcul des pénalités et les revisites.

L’un des plus modernes de la sous région, le service de contrôle technique de véhicules du Mali n’est toujours pas mieux connu du grand public. D’où souvent des critiques acerbes à l’endroit de la direction ou des travailleurs. Alors qu’il s’avère que les visiteurs (chauffeurs) semblent les plus grands qui sèment le désordre.

En vue d’éclairer la lanterne des uns et des autres, voici quelques points essentiels de contrôle. Il s’agit de l’identification – châssis, carte grise et autres ; l’éclairage – feux, lumières ; le freinage ; la géométrie – parallélisme ; la direction ; les roues et pneumatiques ; la nuisance ; les équipements de bord : essuies glace, extincteur, triangles.

Notons que lorsque les députés s’y étaient rendus, ils ont été surpris de la réalité du terrain. Puisqu’ils se sont rendus compte qu’il y avait beaucoup plus d’intox sur le MTS que ce que l’on peut croire. Ils se sont occupés de la longue file d’attente qui s’explique plus de la période, nous a-t-on dit. A laquelle, une solution fut trouvée et elle ne tourne plus dans le carré mais s’arrête devant le service.

En ce qui concerne le calcul tarifaire, il y a les véhicules légers (7500 FCFA dont 5000 FCFA pour MTS et 2500 FCFA pour l’ANASER) ; Transport public (8500 FCFA dont 2500 FCFA ANASER, le reste MTS) ; Poids lourds 1(10.500 FCFA toujours ANASER 2500 FCFA, reste MTS) ; Poids lourds 2 c’est-à-dire à 2 parties (21.000 FCFA, 2500 FCFA ANASER et reste MTS). Sans être une comparaison, il faut souligner que tous les produits ont augmenté au Mali sauf les prestations de MTS et ce depuis le début en 1996.

Pour les pénalités, il nous revient qu’elles s’appliquent au 16ème jour, 31ème jour et 46ème jour à la fin de la visite technique et varie selon la période mais également la catégorie du véhicule.

En ce qui concerne les revisites, il nous a été signifié qu’un véhicule non en règle c’est-à-dire avec une quelconque panne à 30 jours (véhicules légers) ; 15 jours pour les autres catégories. Cependant en revenant pour la conformité, le véhicule s’acquitte d’un frais notamment léger (1750F) ; Transport public (2100 FCFA) ; Poids lourds 1 (2800 FCFA) et Poids lourds 2 (5600 FCFA).

Enfin, il ressort que le partenariat avec l’Etat n’est pas tout à fait clean. Au moment où MTS se bat pour la satisfaction générale, l’Etat ne fait rien et d’ailleurs perturbe sa bonne marche. L’exemple de l’ANASER qui exige des agents de MTS de recouvrer son dû et de le lui verser gratuitement.

Cependant, les conférenciers indiquent que l’incivisme des petits coxeurs crée souvent de l’anarchie ou bloque même tout le travail. Malgré de nombreuses dispositions prises.

En tout état de cause, tout Etat sérieux pense d’abord à la sécurité de sa population. Pour ce faire, ce service tant envié avec des matériels de pointe ne doit pas être délaissé jusqu’à être menacé de fermeture abusive. Pour l’honneur du Mali et le bonheur des Maliens, ressaisissez-vous autorités de la République. Car, mieux vaut tard que jamais. MTS étant au service du peuple pour sauver des vies. Pour preuve, Oumar Diallo (chauffeur de taxi) : “Au moment où je commençais à être taximan, j’avais cru que c’était de l’arnaque. Mais lorsque je me suis mis en règle, un jour en plein hivernage je me suis rendu compte que ce service est mille fois plus importants que beaucoup d’autres comme la question des assurances. L’assurance ne sert rien au Mali que de permettre aux policiers et aux assureurs de se faire la poche.” Et Madou Bléni, un autre chauffeur d’ajouter : “J’ai été sidéré d’entendre certains chauffeurs magouilleurs de dire du n’importe quoi sur MTS. Monsieur, le journaliste, vous-même vous voyez comment les choses se passent, dans l’ordre et la discipline. Mais dans chaque regroupement d’Hommes, il y a bien sûr des brebis galeuses. Sinon, aujourd’hui, tout se passe à merveille et le plus rapidement possible avec une programmation bien indiquée. Je demande à l’Etat de mieux sécuriser le service pour notre bonheur à tous.”

Boubacar DABO   

Source: Zénith Balé

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *