Sécurité routière: l’anaser forme 50 handicapés

L’Agence nationale de la sécurité routière (ANASER) a organisé, samedi dernier, à la Maison des ainés de Bamako, une journée de formation à l’intention de 50 personnes en situation de handicap, sous le thème : « La sécurité des personnes en situation de handicap dans la circulation routière ».

motocyclistes transport circulation surcharge comportement anaser sos abba

La cérémonie d’ouverture, présidée par le directeur général de l’ANASER, Mamadou Sidiki KONATE, s’est déroulée en présence du chef du Service social et de l’économie solidaire de la Commune III, Soumaila KONE ; des représentants des associations des personnes handicapées, et de la Fédération malienne des personnes handicapées, respectivement Dramane DEMBELE et Albert KAMATE. On y notait aussi la présence d’une cinquantaine de participants, tous les handicapés physiques.
Le chef de Service social et de l’économie solidaire de la CIII a félicité l’ANASER pour cette initiative salutaire avant de remercier les personnes en situation de handicap pour leur forte mobilisation et leur intérêt manifesté pour cette formation.
Aussi, a-t-il invité, les participants à un changement positif de comportement sur la route et à l’application pratique des notions apprises lors de cette formation.
Le représentant des Associations des personnes handicapées a rappelé les péripéties de cette formation, suite à l’acquisition des tricycles par les personnes handicapées.
Tout en félicitant l’ANASER pour avoir répondu favorablement à leur sollicitation, M DEMBELE a invité, à son tour, les participants à s’approprier de cette formation et à véhiculer auprès des autres les notions apprises.
Quant au représentant de la FEMAPH, il a fait savoir que la formation des personnes handicapées par l’ANASER sur la sécurité routière est devenue une tradition. Car la présente formation n’est ni la première, ni la deuxième, encore moins la troisième du genre. À son avis, cela dénote l’attention qu’elle ne cesse d’accorder à la sécurité des personnes handicapées.
Par ailleurs, M KAMATE a profité de l’occasion pour demander aux responsables de l’ANASER d’organiser des séances de formation pour les handicapés dans les régions et cercles du pays.
Le directeur général de l’ANASER, pour sa part, dira que le tricycle est devenu de nos jours un engin roulant qui se vend le mieux, aussi bien dans les centres urbains que ruraux. En effet, ce mode de transport, plus léger, possède d’une capacité de mobilisation que les autres engins sur la route. Il est de plus en plus prisé pour les opérateurs économiques, les transporteurs pour le transport des personnes et des marchandises. Ces avantages font de lui le moyen de déplacement le plus prisé pour la mobilité des personnes en situation de handicap.
Par ailleurs, a-t-il rappelé, selon l’OMS, les personnes handicapées représentent 10 % de la population mondiale soit plus de 600 millions de personnes.
Au Mali, le nombre de handicapées est estimé à 2 280 000 personnes, soit 15 % de la population totale. Ces personnes vulnérables à bord de leurs tricycles, a-t-il souligné, participent au développement économique, social et culturel de notre pays.
Malheureusement, déplore-t-il, ils ont toutes les difficultés à partager l’espace routier avec les autres usagers de la route.
La circulation des tricycles, reconnait-il, est devenue un véritable casse-tête à cause de la prolifération de ce type d’engin dans la circulation routière.
Selon le DG de l’ANASER, à longueur de journée, on assiste à des accidents au cours desquels les personnes en situation de handicap sont impliquées. Toute chose qui donne le sentiment qu’ils sont délaissés, oubliés parfois exclus de la circulation routière.
Pour lui, la présente journée de sensibilisation envisage d’inverser cette tendance en accompagnant les personnes handicapées à mieux se comporter sur la route afin d’éviter certains accidents. Car il est démontré que parmi les facteurs d’accident, le mauvais comportement humain vient en tête avec 85 %, l’état défectueux des véhicules pour 7 % et la route et l’environnement pour 8 %, a fait savoir M KONATE.
En tout cas, note le DG de l’ANASER, la route ne doit pas être un vecteur de tragédie. C’est pourquoi il s’est réjoui du fait que la présente séance de formation prenne en compte spécialement les personnes handicapées, conductrices de tricycles.
En réponse à la demande de M KAMATE relative à la décentralisation des formations des personnes handicapées dans les régions et cercles, M KONATE a souligné que la préoccupation sera prise en compte par les antennes régionales d’ANASER existantes pour le moment, à savoir : Kayes, Sikasso et Ségou.

Par Sékou CAMARA

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *