Scandale de l’engrais frelate : Les consommateurs demandent des comptes…

Suite de l’affaire de l’engrais frelaté au Mali. Ce scandale a été révélé par un député malien. Près de 40 000 tonnes d’engrais importées auraient des effets néfastes sur les cultures, mais aussi sur la santé des consommateurs. Les associations paysannes demandent des comptes au gouvernement de même que l’Association des consommateurs maliens (Ascoma). Sur les antennes de RFI, la présidente de l’Ascoma, Mme Coulibaly Salimata Diarra, a expliqué que « même les céréales, la salade, tout est concerné par cette question parce que ce sont des produits utilisés dans l’agriculture qui sont en cause. Donc, on est menacé au plus profond de notre existence. Les maladies qu’on ne peut pas guérir, la détérioration du sol, c’est tout un système qui est là, qui est très compromettant pour la survie même des populations ». Donc, les choses se compliquent.

 honorable Bafotigui Diallo depute assemblee nationale rpm

 

 

BINTAGOUNGOU (1)

La colère du maire réfugié

Réfugié à Goundam, le maire de Bintagoungou, Hama Abacrine, a une idée précise de qui sont les assaillants : « Ce ne sont pas des étrangers. Ce sont des Maliens. Des Arabes, des Tamashek (Touareg). Il y a même des Noirs parmi eux. On les connaît, certains étaient nos voisins. Ce sont des voleurs, des brigands. Le banditisme ne connaît pas d’ethnie ».

Il a fui voilà trois semaines, persuadé que rester lui aurait coûté la vie. « C’est simple, le terrain a été abandonné aux voleurs. C’est pour ça que les deux tiers de mes administrés sont ici », dit-il. « Si vous vous défendez contre eux, ils reviennent à cent et brûlent tout. Ils volent l’argent, les véhicules, les provisions, le matériel ».

« Résultat : les gens disent qu’ils regrettent le temps où Bintagoungou était, comme toute la région, aux mains des islamistes. Parce qu’ils maintenaient l’ordre, empêchaient les vols. Pour la population, les voleurs sont pires que les terroristes », poursuit le responsable municipal.

 

 

BINTAGOUNGOU (2)

100 000 F CFA pour fuir la terreur

Seuls les plus pauvres, les vieux et les malades survivent, terrés chez eux, tremblant au moindre bruit, à Bintagoungou dans le Nord du Mali.

Ce gros village du Sahel, à l’ouest de Tombouctou (Nord-ouest), a été trois fois au cours des derniers mois attaqué par des bandes d’hommes armés venus du Nord qui ont tué, pillé et sont repartis dans le désert. Personne ne les a pourchassés.

Ceux qui pouvaient payer les 100 000 FCFA (152 euros) demandés pour s’accrocher à l’arrière d’un pick-up surchargé et rallier la ville de Goundam, à 40 km plus au sud, l’ont fait. Les autres attendent et tremblent.

 

KOULIKORO

Plus de 40 000 enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition aiguë

Plus de 40 000 enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition aiguë dans la région de Koulikoro. Ces chiffres ont été communiqués hier matin lors de l’atelier régional de restitution des résultats de l’enquête nutritionnelle Smart-2014. L’objectif de cette réunion était de partager le rapport définitif de l’étude avec l’ensemble des acteurs régionaux. Les participants ont échangé sur le contenu du document et formulé des recommandations.

source :  L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.