Sayon Doumbia, secrétaire général adjoint de la CMT : « on spolie des syndicats de l’appui institutionnel sous de faux prétextes» C’est ce qu’a indiqué le secrétaire général adjoint de la Confédération malienne des travailleurs (CMT) lors du défilé du 1er

Au cours du grand défilé appelé le défilé unitaire du 1er Mai 2015 qui avait regroupé les trois Centrales syndicales des travailleurs : la CMT (Confédération Malienne des Travailleurs du Mali), la CDTM (Centrale Démocratique des Travailleurs du Mali) et la CSTM (Confédération Syndicale des Travailleurs du Mali) à l’occasion de la commémoration de cette journée internationale de travail, nous nous sommes entretenus avec M Sayon Doumbia, le secrétaire général adjoint de la CMT qui a mis à nu certains comportements du gouvernement qui compromettent dangereusement la vie syndicale au Mali.

union nationale travailleur malien untm cstm cmt syndicaliste marche defile bourse travail

Ces comportements ont contribué à spolier les centrales syndicales comme la CMT et la CDTM de l’appui institutionnel. Cette situation met en cause les efforts déployés par ces centrales donnant ainsi la part belle à l’UNTM qui se cache derrière le slogan du fait majoritaire lequel date d’une époque qui n’est plus d’actualité.

« A l’initiative de nos anciens fondateurs syndicalistes maliens, nous avons été sollicités pour procéder à ce défilé ensemble. Je crois que cela a été une bonne initiative car, nous avons des points de vue communs au niveau de ces trois centrales syndicales des travailleurs du Mali et nous avons accepté. Malgré notre diversité, nous avons décidé de défiler ensemble cette année. Ce qui est une première au Mali. Nos attentes sont surtout au niveau du gouvernement et les ambitions sont grandes mais ne sont pas insurmontables. Le gouvernement n’arrive pas à traiter les syndicalistes dignement comme ça se doit. Le gouvernement fait la part belle à l’UNTM sous le prétexte qu’elle est majoritaire et qu’il faut des élections professionnelles pour changer la donne. Or, les élections professionnelles ne sont pas les seuls critères de représentativité d’un syndicat au regard ces textes », explique Sayon Doumbia, le secrétaire général adjoint de la CMT.

« Nous ne bénéficions pas d’appui institutionnel et pour preuve la dernière fois, lorsque le Premier ministre Moussa Mara nous l’avait accordé à l’époque, il nous a été spolié par le ministre de l’Economie et des Finances. Cette dernière a avancé comme argument que cela va encourager la prolifération des syndicats comme si on n’est pas dans un pays démocratique. Et pourtant, l’UNTM qui se taille la part du lion dans l’appui institutionnel ne réalise aucun impact au développement socio-économique du Mali devant les trois autres centrales. Au contraire, elle œuvre pour  mettre en cause la démocratie dans le syndicalisme aujourd’hui. Alors que tout le monde sait qu’il y a plus de 100 partis politiques au Mali qui se partagent des millions. Seul Dieu sait ce que ces partis politiques font comme contribution au développement du Mali. Cependant, on spolie certaines centrales de l’appui institutionnel avec des prétextes barbares. Nous ne cesserons jamais de le dénoncer. A l’occasion de cette fête de travail du 1er Mai 2015, je souhaite une bonne fête à tous les travailleurs et travailleuses du Mali en général. Je formule les vœux au gouvernement qu’il s’assume à mieux gérer le syndicalisme malien. J’ai comme l’impression que les gens n’exploitent pas les textes, ni les syndicalistes ou encore moins les décideurs politiques dans notre pays », a souligné Sayon Doumbia.

 

Source: autre presse

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.