Régions de Mopti et Ségou: FASO DAMBÉ CONTRIBUE A LA PAIX ET A LA RÉCONCILIATION

Faso Dambé Ton signifie en bamanan association pour la restauration de la dignité du pays. Créée en 2012, elle est multi-ethnique. Dans son organe dirigeant, on retrouve Bambara, Peul, Sonrhaï, Bobo, Touareg, Soninké, Senoufo, Dogon. Faso Dambé Ton a décidé, en partenariat avec le ministère de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation nationale et la Mission d’appui à la réconciliation nationale (MARN), de s’impliquer dans la recherche de solution aux conflits fratricides et destructeurs entre les fils de la nation, dans les Régions de Ségou et Mopti.

 

A ce propos, l’association a animé une conférence de presse, samedi dernier, à la Maison de la presse. Son président, Adama Coulibaly et son vice-président, Issa Macalou, étaient les conférenciers.
L’association a entrepris de 2015 à nos jours, des démarches auprès des autorités administratives, légitimités traditionnelles, religieuses, communicateurs traditionnels et société civile pour impulser des initiatives et autres actions d’apaisement et de renforcement du vivre ensemble. A cet effet, elle a effectué plusieurs missions à Niono, Macina, Teninkou, Djenné, Douentza, Tanafadala et Niawodjé (un village situé à une centaine de kilomètre de Douentza).

Selon le président de l’association, les échanges avec les peuls, dogons et avec les notabilités ont été instructifs. Dans la zone de Ségou, Faso Dambé Ton a dit avoir obtenu la libération des véhicules de transport qui avaient été interceptés par des hommes armés dans la forêt. Plus de 2000 bœufs appartenant aux éleveurs peuls et détenus par les chasseurs dans les cercles de Djenné et de Teninkou ont été aussi restitués aux propriétaires grâce aux interventions de l’association.

Toujours dans la logique de la recherche de la paix, de la sécurité, de la cohésion sociale et du vivre ensemble, l’association a organisé une grande rencontre inter-régionale à Mopti les 21 et 22 juillet 2019. L’objectif était de pouvoir inscrire tous les protagonistes armés dans un processus pérenne de consolidation de la paix et de cohésion sociale. Une autre rencontre a été tenue avec les groupes de chasseurs à Mopti et Ségou et avec les peuls. Au cours de ces rencontres, l’association a dit avoir donné des instructions fermes à tous les combattants de mettre fin aux attaques.

Youssouf Doumbia
L’ESSOR

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *