Recherches : L’IER S’EVALUE

Le Comité de programme est l’instance scientifique interne de l’Institut d’économie rurale (IER). Pour l’évaluation de ses productions scientifiques, l’institut est aidé par l’IPR-IFRA de Katibougou, le LCV et Africa rice. Chaque chercheur défend son travail devant ses pairs lors d’une session annuelle. La 21è se tient depuis hier à son siège au Quartier du fleuve, sous la présidence du directeur général de l’institut, le Dr Bourema Dembélé.

 

plaine rizicole agricole office niger riziculteurs champs verge
Pendant cinq jours les participants, parmi lesquels d’éminents chercheurs venus du Mali et d’autres pays, vont évaluer les activités de recherche et les résultats obtenus au cours de la campagne 2014-2015. Ils examineront aussi les nouvelles propositions de recherche afin de jauger leur pertinence et leur adéquation au regard des grandes problématiques actuelles, des besoins de recherche, des utilisateurs des résultats.
66 documents – 56 rapports de recherches et 13 propositions de recherches – seront examinés et défendus par les chercheurs, a indiqué le Dr Bourema Dembélé. Ces études, a-t-il précisé, portent sur « les cultures vivrières, les fruits et légumes, le machinisme agricole, le coton, les cultures industrielles, l’économie des filières, la gestion des ressources naturelles… » Elles visent non seulement à accroitre la production et la productivité agricoles, mais aussi à améliorer les performances de la recherche.
A ce titre, l’adaptation au changement climatique est un défi que l’institution compte relever, a annoncé Bourema Dembélé. Cela nécessite un développement des technologies afin de corriger les déficits liés à l’appauvrissement des sols ou à leur acidité. Ces progrès semblent indispensables pour augmenter la production et la productivité agricole, estime le patron de l’IER.
Par exemple, le trempage des semences a été développé dans le cadre de l’installation des cultures. Pour ce faire un centre de trempage a été défini pour chaque culture. Il permet de raccourcir le délai de levée des semences. A titre d’illustration, si le maïs pousse en huit jours, il peut, par exemple, se lever en trois ou quatre jours et s’installer avec peu de pluie. Des variétés comme les hybrides peuvent aussi être utilisées pour accroitre la productivité et la production.
L’obligation de résultats passe par le contrôle de l’exécution. Le conseil technique (pour la production ou méthodologique pour la recherche) pour les services de vulgarisation est élaboré à partir de ces résultats obtenus et fiables.
Le directeur général de l’IER a conclu par un plaidoyer pour le renouvellement du personnel de l’institut qui, estime-t-il, est vieillissant. Il a remercié le département qui a mis à disposition une vingtaine d’agents. Bourema Dembélé a aussi salué les partenaires qui soutiennent le financement des projets WAAPP/PPAAO, AGRA, ACC et SAPEP, autant de programmes dont « la mise en œuvre participe à l’atteinte des objectifs de sécurité alimentaire et nutritionnelle ».
Au terme de cette session, des chercheurs recevront des prix symboliques. Cette attribution s’effectuera selon des critères comme la qualité des rapports scientifiques, des propositions et des présentations.
C. M. TRAORÉ

source : L ‘ Esssor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.