Réaction du syndicat alliance police suite à la sanction infligée à son secrétaire général Youssou Fofana “Si la suspension de notre camarade n’est pas levée, nous allons marcher sur la Primature”

Le syndicat Alliance police était le week-end dernier face aux hommes de médias. Deux points étaient inscrits à l’ordre du jour : la suspension de leur secrétaire général  Youssouf Fofana par la hiérarchie, mais aussi l’annonce de leur adhésion à la centrale syndicale, Cdtm.

C’est le siège de la Cdtm, sis à l’Hippodrome, qui a servi de cadre à cette conférence de presse animée par le secrétaire général adjoint, Sidy Tamboura, entouré pour la circonstance de nombreux membres du  bureau et de l’Honorable Oumar Mariko qui est venu apporter son soutien à cette lutte.

Selon le conférencier, leur syndicat ne demande que la levée de la suspension de leur camarade. “Notre secrétaire général est un syndicaliste de taille, administrativement quand tu suspends une personne,  tu dois avoir le courage de l’en informer aussi à travers une note administrative précisant  les motifs de cette sanction. Tel n’a pas été le cas avec notre camarade Youssouf Fofana. On lui a juste notifié sa suspension sans le rapport donc jusqu’à présent personne ne connait les motifs” a expliqué M. Tamboura. Avant de poursuivre que dans ce dossier, leur syndicat a toujours opté pour la voie du dialogue. “J’ai essayé de faire comprendre au Ministre de lever cette suspension à maintes reprises,  mais à travers ses explications, il m’a fait savoir  que notre camarde le gène et qu’il est déçu  de  son  comportement  syndical. En tout cas, il est clair qu’on ne peut pas suspendre un syndicaliste à cause des ses opinions, parce qu’il a juste dit que le ministre Salif Traoré ne travaille pas. Le Syndicat est dans son rôle de dire au Ministre que ça ne va pas parce que c’est lui le premier responsable de la sécurité au Mali” a-t-il ajouté.

Le secrétaire général a mis à profit cette rencontre pour ajouter que si la suspension de leur camarade n’est pas levée dans un bref délai, leur syndicat se réserve le  droit  d’organiser un sit-in devant la Primature pour interpeller le Premier ministre. Car selon lui, le conseil de discipline qui devrait pencher sur le dossier traine les pieds. “Nous disons au président de la République, au Premier ministre, que trop c’est trop. On nous tue en mission régalienne et au retour il n’y a qu’un communiqué pour condamner ces actes. Aujourd’hui, la police est  orpheline de père et de mère car l’Etat qui est le père et ne joue pas son rôle et la population qui est la mère, non plus, parce qu’elle considère la police  comme son ennemi. Un bon policier est l’esclave de la population, nous avons prêté serment de servir avec loyauté”, a -t-il insisté. Le conférencier a, au cours de cette rencontre, annoncé  l’adhésion  de leur syndicat à la Cdtm et a condamné le lynchage à mort du commissaire de Niono.

S’agissant de l’Honorable Oumar Mariko, il a affirmé  tout son soutien à ce syndicat pour son combat, mais à la police malienne suite au drame de Niono qui a coûté la vie au commissaire. L’élu de Kolondiéba a surtout critiqué le ministre de la sécurité, Salif Traoré, pour n’avoir pas bien géré ce dossier.       

Kassoum THERA

Source: Aujourd’hui-Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *