Questions d’actualité à l’Assemblée nationale: Élection présidentielle et conflits intercommunautaires au menu

L’organisation de l’élection présidentielle du 29 juillet et la crise sécuritaire au centre du Mali étaient les principaux thèmes débattus lors de la séance de questions d’actualité de l’Assemblée nationale du 21 juin. Pour cet exercice de questions d’actualité, trois membres du gouvernement étaient face aux députés.  Il s’agit du ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Général de Division Salif Traoré, le ministre de la Réconciliation nationale, Mohamed El Moctar et le ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation,  Mohamed AG Erlaf.

Ces trois ministres ont, 3 heures durant, informé les députés des mesures prises pour circoncire la crise sécuritaire qui se transforme en conflit intracommunautaire entre Peulhs et Dogons dans le centre du Mali. Ils ont aussi fait l’état des lieux des preparatifs et annoncé des dispositions à prendre pour la réussite des élections présidentielles à  venir.

On retient des réponses données par le ministre en charge des élections qu’à ce jour,  toutes les cartes d’électeurs biométriques sont arrivées à  destination. Les cartes d’électeurs, a-t-il affirmé, ont été acheminées dans les différentes localités et en toute sécurité, par les forces de sécurité.

Il a saisi l’occasion pour annoncer qu’il y a, au total, 8 000 462 électeurs et 23 041burraux de vote. Selon Mohamed AG Erlaf,  aucun bureau de vote n’a été choisi par l’administration seule. Les emplacements des bureaux de vote ont été choisis par des commissions comprenant l’ensemble des représentants de la classe politique(opposition, majorité).

Au sujet de l’incident survenu à  Kéniéba, le ministre Mohamed AG Erlaf pense que c’est un problème de travail mal géré qui a fini par la destruction des bureaux, du domicile du préfet et des cartes d’électeurs de cette ville. Plus de 800 000 cartes d’électeurs ont été  incendiées par des manifestants en rage à  Kéniéba.  Le ministre d’assurer que les cartes d’électeurs incendiées ont été refaites et seraient disponibles à Kéniéba, vendredi 22 juin.

Selon le ministre AG Erlaf, toutes les règles du jeu de cette élection ont été élaborées en commun accord entre les acteurs de la classe politique et à ce jour,  les exigences des uns et des autres ont été satisfaites, ce qui augure déjà une bonne organisation du scrutin du 29 juillet. “Toutes les actions prévues pour la tenue ont été réalisées à cent pour cent ou presque . La distribution des cartes d’électeurs se poursuivront jusqu’au jour du scrutin”, a affirmé Mohamed AG Erlaf.

S’agissant de la Sécurisation des élections, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile a indiqué que des milliers de militaires ont été déjà déployés à l’interieur du pays surtout au centre qui est en proie d’une insécurité inqualifiable.

“Aujourd’hui, dans le centre du pays,  l’armée  est à  la traque des terroristes et des bandits armés et la peur commence à  changer de camp” a dit le Général Salif Traoré qui réfute, comme d’autres Maliens, l’idée de l’existence d’un conflit ethnique au Mali. Selon lui,  au centre du pays,  on a à faire à une instrumentalisation des populations, à des terroristes et à des bandits armés et non à  un conflit intracommunautaire. c’est pourquoi, il a demandé aux populations et à collaborer avec  les millitaires afin qu’ils puissent identifier et neutraliser les forces du mal.

Avec l’arrivée des cartes d’électeurs dans les différentes localités, des mesures idoines sont prises pour sécuriser les opérations de distribution à  travers le pays.

“Il n’y a pas de sécurité à  cent pour cent avec le risque zéro, mais le gouvernement entend prendre des mesures optimales de sécurité avant,  pendant et après les élections” a conclu le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile.

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *