Quand des Libanais créent des alcooliques à Bamako

Si vous êtes croyant et particulièrement rattaché aux préceptes de la religion musulmane, vous devriez éviter autant que faire se peut de vous approvisionner dans certains commerces de la Capitale, au risque de réduire à néant vos efforts de contrition et d’abstinence tout le long du mois de Ramadan à venir. L’Alimentation «TONINO» sur la route de Koulikoro entre Korofina et Djelibougou en fait partie.

Il arrive de choisir sur ses étals d’attrayants bonbons au chocolat sur la base de leur apparence délicieuse, mais qui ne sont en réalité que des doses d’alcool. La contenance éthylique des produits n’étant mentionnée nulle part par le vendeur, les clients pourraient ne s’en rendre compte qu’après coup, c’est à dire après dégustation de la goutte de liqueurs logées au beau-milieu du chocolat.

Et il faut être par ailleurs fin connaisseur pour distinguer le goût de l’alcool mélangé à la saveur chocolatée. Il va sans dire qu’ils tombent si facilement dans le piège de la méconnaissance qu’il est possible d’enivrer sas ke savoir l’ensemble des enfants d’une famille et même développer chez eux une progressive addiction à l’alcool. Et dire que les employés du tenancier libanais de TONINO, en les interpellant, n’ont pour toute réponse que de vous rétorquer le Mali est un pays laïc ou qu’un client est tenu de s’assurer de la teneur de ce qu’il achète.

Le Témoin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *