Protection de l’enfant : Vulgarisation du Cadre stratégique de la CEDEAO

Une session de formation tenue mardi et mercredi devrait contribuer à une large diffusion de ce cadre stratégique, tout en permettant aux acteurs concernés de mieux se l’approprier

L’hôtel Onomo de Bamako a abrité mardi les travaux d’un atelier de formation sur l’appropriation du cadre stratégique de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO). Initié par l’ONG Save The Children, l’atelier a été organisé à l’attention des enfants, des jeunes et des acteurs de protection de l’enfant sur le cadre stratégique de la CEDEAO.

Durant deux jours, les participants à cette session de formation ont été imprégnés sur ce cadre stratégique ;  fait le lien entre les initiatives des groupes concernés ; produit  la version des supports « Child friendly », dudit cadre stratégique au niveau national et invité les enfants, les jeunes et les autres acteurs  à s’impliquer dans la mise en œuvre de ce cadre stratégique.

Le représentant de l’ONG Save The Children, Souleymane Temé a soutenu que la méconnaissance de ce cadre stratégique constitue un frein à sa dissémination. C’est pourquoi, le Groupe régional de protection de l’enfant (GRPE), lors de sa rencontre du 20 juin 2019 à Dakar et conformément au plan d’action de la CEDEAO, a décidé d’entreprendre des démarches en vue de sa vulgarisation. Celle-ci devrait se faire au niveau des acteurs concernés, à savoir : les directions nationales en charge de la protection de l’enfance ; les organisations d’enfants et de jeunes ; les organisations de la société civile et les ONGs intéressées par la question.

Souleymane Temé a rappelé que ce cadre stratégique a été adopté par les chefs d’Etat de la CEDEAO en 2017. I a comme but, de prévenir et de répondre aux violences, abus et exploitations commis sur les enfants. Il a également fait savoir aux participants que son ONG souhaite voir cet atelier contribuer à une meilleure connaissance et appropriation audit cadre stratégique.

Evoquant d’élaboration de ce cadre stratégique, le représentant du ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, René Sanogo dira qu’il prend en compte l’Agenda 2030, des Etats membres de la CDEAO. A travers celui-ci, ils se sont compris sur la position commune de l’Union africaine, à savoir éradiquer toutes les formes de violences contre les femmes et les enfants, y compris les pratiques néfastes comme les mutilation génitales féminines (MGF) et le mariage précoce.

Selon René Sanogo, le Mali pour sa part s’est résolument inscrit dans une dynamique réelle d’amélioration des conditions de vie de ses enfants. Cela devrait se faire par l’adoption de mesures juridiques institutionnelles et les actions directes de prévention et de réhabilitation à l’effet  d’assurer à l’enfant le meilleur état de santé, d’éducation et de protection.

C’est pourquoi, à en croire le représentant du ministre, des sessions de formations ont été initiées pour permettre aux acteurs concernés de s’approprier ce cadre stratégique. Celles-ci ont été mises en route, par le Groupe régional de protection de l’enfance en collaboration avec les ministères en charge de la Protection des enfants, de l’Education, du Travail, de la Formation professionnelle, de la Santé, des Affaires sociales, de la Justice, des Mines et de la Sécurité.

Au nom du ministre, René Sanogo a remercié l’ONG Save The Children, pour avoir initié et piloté cet atelier de formation.

Diakalia M Dembélé

Source: Le 22 Septembre

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *