Promotion des bonnes pratiques d’hygiène: Kita réalise des résultats probabts

La commune urbaine de Kita est en train de consentir beaucoup d’efforts pour le maintien des bonnes pratiques d’hygiène, après l’épisode du combat contre Ebola, contrairement à plusieurs localités du pays, avec l’appui de ses partenaires. Toutefois, il ressort de la caravane de l’ONG World Vision Mali, consacrée à la sensibilisation sur les bonnes pratiques d’hygiène, que l’accès à l’eau potable et à des latrines consistitue encore un luxe pour des populations de la commue urbaine de Kita.

ONG world vision offre don materiel hygiene

La caravane de l’ONG World Vision Mali, dont le but est de sensibiliser les communautés sur le maintien des bonnes pratiques d’hygiène en vue d’éviter et de lutter contre les maladies liées à la malpropreté, a séjourné, le mercredi dernier, dans la commune urbaine de Kati, après avoir sillonné des villages de la commune de Kenièba.
L’événement était placé sous l’autorité du Préfet de cercle de Kita, Sinè DEMBELE. Il avait à ses côtés, l’ensemble des autorités administratives, politiques, militaires, des responsables des services déconcentrés de l’État ainsi que des leaders religieux de Kita. Tous ont félicité l’initiative et se sont réjouis du choix porté sur Kita pour accueillir les activités d’information et de sensibilisation de la caravane auprès des communautés sur les pratiques d’hygiène et leur appropriation par celles-ci.
Le 1er adjoint au maire de la commune urbaine de Kita, dans ses propos de bienvenue, a salué l’initiative de la caravane s’inscrivant, selon lui, dans le cadre du maintien de bonnes pratiques d’hygiène et de la lutte contre certaines maladies.
« Une fois de plus, ces activités de World Vision témoignent de son engagement à soutenir les efforts de développement des autorités du pays pour l’amélioration du cadre de vie de la population », a apprécié l’élu communal avant de rappeler que pour la lutte contre Ebola, World Vision a été l’un des premiers partenaires à manifester son soutien aux communautés par la distribution, notamment de kits de lavage de mains au savon.
Pour sa part, le représentant du Manager du projet, Aly Oumar CISSE, a exprimé toute sa satisfaction quant à l’exécution du projet « Mali Ebola Preparedness and Control Project ». Presque qu’à la fin de son mandat, M. CISSE a souligné que le projet a pu former, à Kita, 78 agents de santé, 398 relais, 102 leaders communautaires, 357 enseignants et chefs d’établissement, 16 animateurs de radio, 50 femmes leaders et 35 leaders religieux.
Aussi, dans son speech, il a indiqué que le projet a doté des centres de santé, établissements scolaires, mosquées, églises et autres partenaires étatiques de Kita de 345 kits de lavage des mains, 76 poubelles, 250 paquets de gans, 120 cartons d’eau de javel 165 cartons de savons. Pour lui, ces résultats sont également à l’actif des autorités locales de Kita qui n’ont pas ménagé ni leur temps ni leur disponibilité pour accompagner le projet.
De son côté, le Chef de l’exécutif de Kita a saisi l’occasion, au nom de sa population et du peuple malien, pour adresser toute sa profonde gratitude à World Vision Mali ainsi qu’à ses partenaires qui, sans cesse, œuvrent pour le développement du pays.
Poursuivant son intervention, il a beaucoup insisté sur le respect des bonnes pratiques qui, a-t-il estimé, va contribuer à renforcer l’hygiène dans les écoles, à prévenir Ebola, mais également de lutter contre bien d’autres maladies liées au manque d’hygiène touchant particulièrement les enfants.
Cependant, concernant l’hygiène et l’assainissement, le Directeur du Centre d’animation pédagogique de Sébécoro, Souleymane TRAORE, a souligné que beaucoup d’efforts ont été consentis par World Vision. Malgré tout, il a indiqué, avec regret, qu’il demeurait encore de nombreux défis à relever pour doter des structures scolaires de latrines et d’eau potable. Selon lui, certaines écoles dans le centre-ville de Kita, le reste des établissements scolaires sont dépourvus de latrines à fortiori de l’eau potable.
« À défaut de latrines adéquates, les élèves continuent de déféquer en plein air. Dans les cas où il y a des latrines, malheureusement, il leur manque de l’eau potable. Or, pour qu’il y ait de l’hygiène, il faut la composition des deux éléments », a martelé M. TRAORE. Les indicateurs de 2015 du Csref de Kita font ressortir 6447 cas de diarrhée pour 1 décès.
À savoir que cette étape a été marquée par des animations dans les lieux publics de la ville de Kita, accompagnées de distributions de kits de lavage de mains au savon à des personnes qui ont eu à donner des bonnes réponses aux questions sur les bonnes pratiques d’hygiène. De même, des responsables de services ont fait des témoignages quant au respect des mesures d’hygiène dans plusieurs établissements publics et dans les écoles.

Par Sikou BAH, envoyé spécial

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *