Processus de réconciliation nationale : Les femmes victimes de la crise entrent dans la danse

A l’appel de la Fédération nationales des collectifs d’organisations féminines du Mali (Fénacof), les veuves des militaires tombés au front, les femmes déplacées du Nord, les femmes des bérets rouges, les réfugiées dans les pays voisins de retour à Bamako, les ressortissantes du Nord et plusieurs autres organisations féminines basées à Bamako précisément dans la Commune IV se sont concerté samedi dernier pour évoquer leur participation dans la réconciliation nationale.

Refugies Maliens camp  Mbera femme touareg sahel desert

Dans la mise en œuvre de son projet d’appui au renforcement de la participation des femmes dans le processus de la réconciliation nationale, financé par le Fonds canadien des initiatives locales, la Fénacof-Mali a organisé une conférence communale dans la Commune IV de Bamako le 31 janvier 2015. C’était à la Maison des aînés. La rencontre a enregistré la présence de nombreuses femmes victimes de la crise qui secoue notre pays depuis 2012. Elles sont venues discuter de leur apport au processus de réconciliation nationale.

Ce projet vise à sensibiliser les acteurs en général et les femmes en particulier, au niveau communal, sur le processus de réconciliation nationale en cours et la pertinence de leur nécessaire participation. Pour la président de la Fénacof, Mme Dembélé Oulématou Sow, l’atteinte des objectifs du projet nécessite l’implication et l’engagement des associations communautaires et les femmes à la base, les associations de femmes des militaires victimes, des autorités traditionnelles et coutumières, etc.

“La recherche de la cohésion sociale est un exercice auquel nous sommes confrontés en cette période. Mobiliser les femmes et les amener à s’impliquer dans l’œuvre fondamentale qu’est la réconciliation n’est une facile. Cependant, votre engagement et don de soi, votre solidarité et votre patriotisme peuvent aider à surmonter les difficultés et défis. C’est pourquoi, en prélude à nos actions programmées, le dialogue intra et inter est privilégié afin de surmonter  les défiances internes, panser les plaies et amener les uns les autres à accepter, à se parler pour faire renaître la confiance”, a-t-elle déclaré.

Des victimes participantes à la rencontre n’ont pas caché leur émotion pour la place de choix  que la Fénacof leur réserve dans la réconciliation nationale. “La réconciliation ne sera jamais un succès si les victimes ne sont pas impliquées. Nous les femmes des militaires tombés au front se croyons ignorer et ne savions plus à quel saint nous vouer pour tenter d’oublier la terrible crise. Cette initiative de la Fénacof nous permettra de partager avec les autres, les mauvais souvenirs de crise qui demeuraient toujours indélébiles et brulaient à petit feu”, a confié la veuve Mariam Koné, présidente d’une association de femmes des militaires, accompagnée d’une trentaine de membres de son organisation.

Les femmes du Nord, victimes des exactions des groupes armés, ont également salué l’initiative. Les autorités, à travers le ministère de la Réconciliation nationale et la direction nationale de la promotion de femme, accompagnent le programme. D’autres rencontres du genre sont prévus dans les commune V et VI dans les jours à venir.

Maliki Diallo         

Source: L’Indicateur du Renouveau

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.