Prix africain de l’Émergence et du Développement (PAFED) : Papou Touré n°2, PDG de Diabaly-Transit, sacré meilleur promoteur de transit à Yamoussoukro  

Notre compatriote Youssouf Touré, plus connu sous le sobriquet de Papou Touré n°2, a été sacré la semaine dernière à Yamoussoukro (République de Côte d’Ivoire) meilleur manager du secteur du transit par le Réseau des professionnels de la communication pour l’intégration africaine (Repciaf). C’était au cours dune cérémonie solennelle qui a regroupé d’éminentes personnalités ivoiriennes et africaines.


Le Prix africain de l’émergence et du développement (Pafed) est une initiative du Réseau des professionnels de la communication pour l’intégration africaine (Repciaf). Cette structure a été portée sur les fonts baptismaux en 2006 par des hommes et des femmes de médias originaires de douze pays africains, réunis à Abidjan dont l’objectif principal est surtout d’uvrer à la promotion de la culture du travail.


Le travail est basé sur la valeur cardinale de la société africaine, à travers les ouvres des hommes et des femmes qui, dans leurs secteurs d’activité respectifs, produisent un impact notable sur le processus de développement de leurs pays, le but ultime étant de contribuer activement à la construction d’une intégration africaine ayant pour fondement le développement.
Les lauréats du Pafed sont désignés chaque année par un jury qui délibère sur les profils des nominés qui lui sont soumis. Ces nominés eux-mêmes sont prospectés par les représentants du Repciaf chacun dans son pays, en proposant un nominé par secteur d’activité.
Le prix Pafed est remis chaque année dans une capitale africaine ou non. La première édition a eu lieu en 2007 à Lomé et celle de 2019 à Paris.
L édition 2020 de Yamoussoukro qui a vu le sacre du PDG de Diabaly Transit au prestigieux Prix africain du meilleur promoteur de transit a réuni une vingtaine de lauréats venus du Gabon, du Maroc, du Niger, de la Guinée-Conakry, de la Tunisie, du Burkina Faso, du Mali et bien également de la Côte d’Ivoire. La cérémonie a aussi enregistré la présence d’éminentes personnalités ivoiriennes et africaines.
A noter que le Prix de notre compatriote Youssouf Touré a été présenté au président ivoirien, Alassane Dramane Ouattara, qui na pas tari déloges à l’endroit de Papou Touré n°2.
Notons que Diabaly Transit a déjà été distingué meilleur transit du Mali en 2019.
Kadi Théra

Diabaly Transit vu par le célèbre Magazine Africain « Builders »

Diabaly Transit : un partenaire fidèle et fiable des Douanes Maliennes
La Mission de recouvrement des taxes douanières, rendue très ardue par le contexte de guerre qui détériore l’environnement économique, a amené les douanes maliennes à recourir à des diverses stratégies pour améliorer les recouvrements. Notamment des partenariats avec des grands opérateurs du secteur du Transit. Au nombre de ceux, Diabaly Transit.
Créée en 2009, l’entreprise de M. Youssouf Touré avait vu son décollage plombé par la guerre qui est survenue au Mali quatre ans plus tard. La perte de la partie nord du pays avec les corridors de Gao, Tombouctou et Kidal se répercute sur le secteur du Transit tout entier. Tout comme la brusque chute de l’activité économique dans le sud avec les importateurs et exportateurs dont la confiance s’ébranle et qui contractent leurs activités. Comme bien d’autres, Diabaly Transit va connaître sa traversée du désert.
Mais son fondateur, lui, loin de subir cette situation, va plutôt aller à l’abordage. Petit à petit, il démarche étroitement ses partenaires les uns après les autres et les amène à sortir de leur prudence excessive. Il fera ce travail de fourmi trois années durant en le tissant autour de la devise de son entreprise : Rapidité- Fidélité- Confiance.
En 2015, Diabaly Transit réussit à émerger du long tunnel de la récession. La situation de guerre est toujours en cours ; elle s’est même intensifiée. Mais Diabaly Transit s’y est entièrement réadaptée et en a développé une solide résilience. Elle mène désormais ses activités fortes d’une bonne connaissance du terrain.
Etant capable de répondre à toute la gamme des besoins dans le secteur en dépit de l’environnement sécuritaire difficile.
C’est assurément sa capacité à dominer les difficultés du terrain et à surfer sur elles pour régler n’importe quel dossier avec célérité, qui aura convaincu les Douanes maliennes de faire de Diabaly Transit un de ses partenaires de premier choix dans le secteur. Elle est ainsi devenue l’un des solides et fiables relais sur lesquels s’appuie cette administration pour mener à bien sa mission de recouvrement des taxes douanières.

Mais dans un milieu aussi sensible que celui des Douanes, le risque d’un dérapage de favoritisme n’est t-il pas à craindre ? « Non ! » répond-on de part et d’autre. «  Les douanes marchent sur les règles d’un système dirigé par une communauté sous régionale et internationale, et donc, impossible à vicier » Précise M. Youssouf Touré. Et d’indiquer que ce partenariat se nourrit d’avantages mutuels et de partage de risques. En somme, c’est une collaboration gagnant-gagnant. De part et d’autre, on se réjouit grandement de cette entente et on affirme volontiers son désir de le continuer.

Pour sûr, ce partenariat avec les douanes Maliennes concourt au leadership de Diabaly Transit dans le secteur de transit au Mali. Raison pour laquelle, déjà reine à domicile, c’est vers l’extérieur quelle regarde désormais pour son expansion. Elle envisage ainsi ouvrir à court terme des bureaux à Dakar et à Abidjan, les deux principaux ports de desserte du Mali, afin de mieux accompagner ses clients.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *