Présidentielle 2018: le CDR élabore son manifeste ce week-end

En vue de l’élaboration d’un manifeste politique qui servira de base d’échanges entre ses militants et tous les candidats à la prochaine présidentielle, le Collectif pour la défense de la République (CDR), dirigé par le chroniqueur Mohamed Youssouf BATHILY, dit « Ras-Bath », organise des journées concertations populaires ce week-end au carrefour des jeunes de Bamako.

L’information a été donnée, hier mercredi, au cours d’une conférence de presse qui était animée, par le porte-parole du CDR, Ras-Bath, en présence de notre confrère Boubacar YALKOUE ; de l’honorable Mamadou Hawa GASSAMA, ainsi que plusieurs autres militants et sympathisants.
Dans son intervention, Ras-Bath a indiqué que cette rencontre avec les hommes de médias avait pour objectif d’informer l’opinion nationale et internationale de la tenue des premières consultations populaires du CDR prévu les du 24 au 25 mars 2018 au carrefour des jeunes.

L’organisation de ces journées, a-t-il expliqué, s’inscrit dans la dynamique et l’esprit qui caractérise le CDR, à savoir des citoyens qui ont pris conscience, et qui doivent s’assumer en tant que démocrates pour défendre les lois, le territoire et l’État.
De l’avis du conférencier, c’est ce genre d’engagement citoyen qui nous a manqué par le passé et qui a eu comme conséquence de nous mettre dans cette situation de malheur, de souffrance, d’abus de droit et de nos libertés. Et cela, à cause de la déliquescence de l’État, des faiblesses de la démocratie caractérisée par la violation massive des droits des citoyens.
De l’analyse du Rasta, il ressort que notre état de vie malheureux est la conséquence de notre démission en tant que sentinelle de la démocratie et de l’État de droit.
Pour que le peuple se réapproprie de l’État et de ses lois, Ras Bath soutient que les modes de fonctionnement de l’État et de la démocratie soient dans nos langues, accessibles à tous afin que le peuple comprenne qu’il est le véritable souverain en matière de démocratie.
Ainsi, au cours de ces deux jours de concertations, les échanges porteront sur l’État de droit, la démocratie, les institutions de la République, les devoirs des citoyens, etc.
L’objectif est de faire comprendre au peuple que le président de la république n’est autre chose que l’émanation de la volonté du peuple et que les moyens dont dispose le président de la République ne sont, en réalité, que les moyens du peuple lui-même. De ce fait, il a plus que tout le monde, le droit d’évaluer son système de santé, son éducation, sa sécurité. Il s’agit aussi de veiller au respect de sa liberté et de son bienêtre.
En démocratie, a expliqué Ras Bath, le seul moyen dont dispose le peuple pour ce faire est l’élection.
La rencontre de ce week-end est une invitation pour tous les comités CDR, les citoyens de faire un état des lieux de conditions de vie et d’existence de sa localité afin de faire des propositions d’améliorations de ce cadre de vie.
La vision partagée par l’ensemble des participants à ces journées de concertations populaires dans tous les secteurs sera consigné dans un document appelé le manifeste du CDR. Ce manifeste sera, selon Ras-Bath, une sorte d’offre politique, vision de la vie en communauté à laquelle aspirent les militants du CDR pour l’ensemble du peuple malien.
Ce document servira de base de discussion avec tous les citoyens ou groupe de citoyens qui aspirent à la conquête du pouvoir en 2018.
« Le citoyen ne votera plus pour un homme, mais pour un projet dont il est porteur », a-t-il expliqué.
Après ces journées, le CDR se lancera à la recherche de l’homme ou de la femme qui incarnera les objectifs de ce manifeste.

Par Abdoulaye OUATTARA

Info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *