Pratique de la torture dans le Monde : Amnesty International édifie les médias maliens sur la question

Dans le cadre de la campagne mondiale contre la torture, l’antenne d’Amnesty International au Mali a organisé dans ces locaux, le vendredi 20 juin 2014, un atelier de formation à l’intention des médias  afin de renforcer leur capacité sur la thématique de la pratique de la torture dans le monde. Ainsi, plusieurs journalistes de la radio et de la presse écrite du Mali ont pris part à cette formation. L’ouverture de l’atelier était présidée par Salif Fofana, membre du bureau de l’Amnesty au Mali.

moussa bolly journaliste charge ministere communication jeunesse

 

Selon Salif Fofana, cet atelier  est d’une importance capitale car il s’agit d’une campagne forte  dont le message est « Stop Torture ».  Il  a fait savoir que c’est l’occasion pour les medias de s’approprier et de savoir ce que c’est cette campagne. Par ailleurs, il a souhaité que d’ici la fin de cette campagne 2014-2015, les medias arriveront à faire une large couverture pour la baisse de la torture dans le monde. La formation était axée sur deux modules à savoir : la torture et les méthodes de mauvais traitements ainsi que la Campagne « Stop Torture ». Ainsi, la torture est l’utilisation volontaire de la violence pour infliger une forte souffrance à un individu afin de le déstabiliser physiquement ou moralement. Elle est utilisée comme châtiment, comme moyen de pression pour obtenir quelque chose soit d’inspirer la terreur, la domination, des aveux ou autres informations secrètes. Elle peut aussi être un moyen de dissuasion. De même, elle peut aboutir à la mort de l’individu de façon volontaire. Pour atteindre ce but les tortionnaires emploient des méthodes telles que : la torture à l’électricité, par suspension, les simulacres d’exécution, le tabassage avec les mains ou avec les objets, les brulures, l’immersion…La campagne dont le lancement « Stop Torture » est prévu pour le 26 juin et prendra fin en 2015. Son objectif est de lutter contre toute augmentation du recourt à la torture dans le monde tout en encourageant les Etats à mettre en place des mesures de garanties pour protéger contre la torture et la punir. Elle vise aussi à obtenir un impact considérable en droits humains dans le monde entier mais particulier dans les cinq pays (Le Maroc, Mexique, Le Nigeria, l’Ouzbékistan et les Philippines). Enfin, elle cherche un changement en matière des droits humains dans les organisations intergouvernementales régionales et mondiales.  La campagne « Stop Torture » porte, aussi, sur toutes les situations où une personne est détenue par l’Etat. Elle porte également sur les détenues dans des lieux non officiels ou tenus secret dans lesquelles elles risquent de subir des  traitements dégradants.

                                                                                                                                            Ousmane Baba Dramé

SOURCE: Le Républicain

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.