Pr Makan Moussa Sissoko, Président du CERC : «Notre principal ennemi est le temps»

La mission du Comité d’Experts, selon son président, est d’élaborer l’avant-projet de loi portant révision de la Constitution du 25 février 1992 en prenant en compte « les clauses de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger qui relèvent de la matière constitutionnelle », « des propositions pertinentes des précédentes tentatives de révision constitutionnelle », « des autres réaménagements devant être apportés à la Constitution au regard de l’évolution du contexte institutionnel et juridique du pays ».

La démarche, a insisté Pr Makan Moussa Sissoko, sera la plus inclusive possible conformément à l’engagement du Président de la République. « Nous sommes appelés à consulter tout le monde. Nous avons un souci d’inclusivité. Nous voulons écouter le maximum de personnes », a-t-il déclaré.

Conseiller spécial du Premier ministre et rapporteur du comité d’experts, Me Sidi Mohamed Diawara a expliqué à l’assistance la méthodologie de travail qui se veut participative et inclusive avec quatorze points. « Nous ne sommes pas une autorité constituante. Nous ne sommes pas non plus une commission d’organisation du référendum », a tenu à préciser Me Sidi Mohamed Diawara. L’autre rapporteur du comité d’experts, Dr Abraham Bengaly, a détaillé le chronogramme de travail, lequel prévoit une série d’actions. Selon lui, les institutions de la République, les partis politiques (majorité, opposition et non alignés), les centrales syndicales et les organisations professionnelles, d’autres syndicats, les faîtières des collectivités et de la société civile sont au programme.

Deux ateliers sur les chefferies traditionnelles et autorités coutumières et les mesures exceptionnelles dans la lutte contre le terrorisme auront lieu les 26 et 27 février. Les fora régionaux sont prévus du 4 au 16 mars à Bamako, Kayes, Koulikoro, Ségou, Sikasso, Mopti, Gao, Kidal et Tombouctou. Le comité d’experts compte remettre solennellement le 1er avril l’avant-projet de loi portant révision de la Constitution au Premier ministre. « Le souci majeur qui a animé le comité d’experts, c’est le temps », a reconnu Dr Bengaly. « Notre démarche est pédagogique, inclusive et participative », a-t-il précisé.

Abdoulaye Coulibaly a présenté le site internet du comité qui va servir de plateforme d’échanges avec les citoyens de l’intérieur comme de l’extérieur désirant faire des propositions.

Makan Moussa Sissoko a précisé que le projet définitif sera l’œuvre des politiques. « Notre ennemi principal est le temps », a souligné le président du comité d’experts. Sur le budget alloué à son équipe, Makan Moussa Sissoko n’a pas avancé de chiffres. L’essentiel des dépenses se fera sur le budget national, a-t-il fait savoir en ajoutant que le gouvernement et ses amis seront à la manœuvre pour financer le processus.

Le Challenger

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *