Pour prévenir les inondations : le gouvernement décide de déguerpir les occupants des lits et servitudes des cours d’eau non-flottables de Bamako

Cette décision a été prise au conseil de ministres extraordinaire du mardi 22 avril 2014, suite à une communication écrite du ministère de l’Urbanisme et l’Habitat. L’exécution de cette décision se fera, à en croire le porte-parole du gouvernement qui a animé un point de presse sur la question, avant l’hivernage de 2014.

pluie diluvienne bamako eau trombe inondations noyes eau chaine humaine

 

 

Selon Mahamane Baby, porte-parole du gouvernement, l’opération de déguerpissement des lits et servitudes des cours d’eau de Bamako, se fera avant l’hivernage. Elle concernera toutes les occupations irrégulières situées dans le lit et des servitudes de certains cours d’eau ; lesquelles occupations seraient, ajoute- t-il, à l’origine des nombreuses inondations à Bamako surtout pendant les périodes hivernales.
Du coup, cette décision du gouvernement est considérée, à la fois, comme courageuse et difficile, quand on sait qu’on est seulement à un mois de l’hivernage. Aussi, elle est considérée comme une promesse tenue. On se rappelle que lors des inondations de 2013, IBK en rendant visite à des sinistrés de sa commune, avait promis de trouver une solution définitive aux inondations cycliques que connaît le district de Bamako.
Il ressort de l’étude des services techniques du département de l’Urbanisme et de l’Habitat que cette opération de déguerpissement concernera, en premier lieux, six cours d’eau non-flottables en Communes I et IV de la capitale.
Notons qu’au total 776 occupants illicites sont identifiés. Mais ce sont 379 occupants qui seront touchés au cours de la première opération de déguerpissements. Il s’agit des habitants des zones dites à risque immédiat pour le district de Bamako. La Commune I est la plus concernée par cette opération. Il y a aussi, des zones de la Commune IV en l’occurrence, les quartiers riverains du Woyowayanko.
Toutes les infrastructures identifiées sur les servitudes des cours d’eau seront démolies et les décisions d’attribution de parcelles concernées seront annulées.  Il sera procédé également au surcreusement des cours d’eau et des sanctions seront prises contre des agents fautifs de l’administration. L’exécution des sanctions, à en croire le porte-parole du gouvernement, sera immédiate.
Pour la réussite de l’opération, des mesures d’accompagnements, a rassuré le ministre Baby, sont prises. Elle sera précédée d’une campagne d’information, de communication et de sensibilisation d’un mois. Un fonds de soutien sera créé et les personnes touchées pourront bénéficier d’un million à 1,5 millions F CFA.
Autre presse
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *