POUR EXIGER LA REOUVERTURE DE LA RADIO RENOUVEAU FM : Les journalistes et défenseurs de la liberté de presse en sit-in devant la primature ce matin

Les associations faitières de la presse, les journalistes et les défenseurs de la liberté de presse exigent la réouverture de la radio Renouveau FM fermée par le gouverneur du district de Bamako, il y a plus d’une semaine. Pour cela, ils organisent, ce matin, un sit-in devant la Primature et menacent même de boycotter la couverture de l’élection si leur objectif n’est pas atteint.

Cette décision a été prise suite à la conférence de presse de l’URTEL tenue hier, jeudi 9 août 2018, dans la salle de conférence de la Maison de la presse. Ladite conférence a permis à Bandjougou Danté de faire le compte rendu des démarches entreprises par son association au niveau de l’Administration et de la HAC pour la réouverture de la radio. Aussi, a-t-il clairement démontré que, sachant bien que le gouverneur n’est pas habilité à fermer la radio, ils sont en train d’aller sur la base de négociation pour sa réouverture. A ses dires, même si l’autre partie traine le dossier, elle n’a jamais montré qu’elle n’est pas favorable à la réouverture de la radio Renouveau FM.

Avant de terminer, Bandiougou Danté a précisé que ce n’est qu’avant-hier que la Hac a été officiellement saisi par le Gouvernorat et indiqué qu’ils sont en train de travailler d’arrachepied pour la réouverture de la radio dans un proche délai.

Les journalistes présents à la conférence ne partagent pas l’idée de négociation avec l’Administration. Ils estiment que le gouverneur a violé la loi et qu’il faut exiger la réouverture sans condition de la radio.

Quant à Mamadou Diadjé Sacko, il a dénoncé la décision arbitraire du gouverneur du district de Bamako. Pour lui, il faut une action de grande envergure avec la participation des auditeurs et des défenseurs de la liberté de presse pour exiger la réouverture de Renouveau FM.

A la fin de la conférence, les associations faitières de la presse ont décidé d’organiser un sit-in devant la Primature, ce matin. Si cela ne règle pas la situation, la presse boycottera la couverture de l’élection du 12 août.

Boureima Guindo

Source: Le Pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *