Pour dénoncer l’état de leur route : la population de Kayes et environs bloquera toutes les voies ce vendredi

Le bureau du Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne (CSDM) a servi de cadre d’un point de presse. L’objectif était d’informer l’opinion nationale et internationale qu’ils soutiennent sans réserve la mobilisation des populations, dans leur exigence de plus de désenclavement, de plus de considération et entre autres. Il a eu lieu ce jeudi 22 aout 2019 sous la houlette du président Chérif Mohamed Haidara, président du CSDM en présence des membres du bureau exécutif

 

Selon Mohamed Cherif Haïdara, le conseil supérieur de la diaspora malienne (CSDM) soutient sans réserve  la décision des Kayesiens d’empêcher toute circulation de véhicules sur la route nationale Bamako-Dakar, en bloquant le tronçon de Bamako jusqu’à Diboli (frontière entre le Mali et le Sénégal), ce vendredi 23 août août 2019, pour protester contre le mauvais état de leurs routes. « De notre avis, en notre qualité d’organisation représentative de la Diaspora, cette décision de la population kayesienne tombe sous le sens ; en ce que leur région se trouve actuellement enclavée, car le chemin de fer, héritage du colonialisme, tout comme l’aéroport construit à coup de centaines de millions de nos francs, sont tous inaccessibles.

A nos yeux, ceci nous parait intolérable, au regard de l’impact économique important de cette région sur l’économie nationale » a-t-il déclaré

Aux dires du président du CSDM, il apparait incompréhensible que cette situation de désenclavement perdure, sans aucun début de solution, malgré, dira-t-il, les nombreuses alertes régulières des populations riveraines de, Kati, Kolokani, Djidjéni et tant d’autres, depuis près d’une année.

Toujours de l’avis de Mohamed Cherif Haïdara, le CSDM réclame également le désenclavement total de la région de Kayes par la construction immédiate de la route Bamako-Dakar, jusqu’à Diboli; exige l’ouverture sans délai, de l’aéroport Kayes Dag-Dag, pour faciliter le retour de nos expatriés dans leurs terroirs d’origine; exige la reprise du trafic du chemin de fer, en tant que poumon économique des villes et villages au bord du rail.

Répondant au ministre des Maliens de l’Extérieur, Amadou Koïta, qui a déclaré sur la chaîne de télévision Renouveau TV que “Le haut conseil des Maliens de l’extérieur est la structure reconnue par l’Etat comme faitière des Maliens de l’extérieur “, le président du conseil supérieur de la diaspora malienne (CSDM), Mohamed Cherif Haïdara a eu des mots très durs envers le ministre Koïta qu’il a accusé de chercher à diviser nos compatriotes résidant à l’extérieur « Nous disons au ministre Koïta  d’arrêter de diviser les Maliens de l’extérieur. Si vous avez votre agenda personnel, le CSDM n’en fera pas partie. Monsieur, quand on ne connaît pas quelque chose, on se tait. Le ministre vient de montrer son incompétence. Sa place n’est pas au gouvernement mais plutôt à l’AEEM.

Le CSDM exige enfin, l’ouverture sans délai, de l’aéroport Kayes Dag-Dag, pour faciliter le retour de nos expatriés dans leurs terroirs d’origine.

Aux paisibles populations en lutte, le CSDM vous assure de sa totale disponibilité et s’engage à vous accompagner jusqu’au terme de votre combat.

Gaoussou Kanté

SourceMalijet

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *