Poste: nouveau plan de relance

À l’instar de la communauté internationale, le Mali a célébré, ce mardi, à l’hôtel Sheraton de Bamako, la Journée internationale de la poste sur le thème « La poste : livrer du bien au monde entier ». L’événement, placé sous la haute présidence du ministre de l’Économie numérique et de la communication, Harouna Modibo Touré, a été marqué par l’animation d’un panel sur les défis auxquels est confrontée la poste du Mali, à cette heure du numérique

À l’instar de la communauté internationale, le Mali a célébré, ce mardi, à l’hôtel Sheraton de Bamako, la Journée internationale de la poste sur le thème « La poste : livrer du bien au monde entier ». L’événement, placé sous la haute présidence du ministre de l’Économie numérique et de la communication, Harouna Modibo Touré, a été marqué par l’animation d’un panel sur les défis auxquels est confrontée la poste du Mali, à cette heure du numérique.

La cérémonie a enregistré la présence du président directeur général de la poste du Mali, M. Ibrahima Haïdara. Quant au Panel, il était animé par un représentant du ministre de l’Économie numérique et de la Communication, celui de l’organe de régulation (AMRTP), l’opérateur
désigné représenté par le PDG de la poste du Mali, Ibrahirna Haïdara, et celui du patronat, à travers le CNPM. Il s’agissait d’afficher la ferme volonté de l’État d’assainir le secteur postal afin que le Mali soit en conformité avec les normes de régulation, d’informer le public du rôle de l’AMRTP pour le renforcement du secteur postal afin de
faire face à la concurrence déloyale ; expliquer et vulgariser les missions de l’AMRTP en tant que structure de régulation du secteur postal au Mali ; sensibiliser les entreprises publiques et privées ainsi que les administrations sur le rôle crucial de la fourniture des services de base (documents admonitifs, inclusion, financière, etc.) aux citoyens.
Selon le président directeur de la poste, M. Haïdara, il s’agit aussi d’impulser une nouvelle dynamique aux activités postales, à travers les actions innovantes ; de redonner à la poste sa renommée d’antan, afin qu’elle puisse jouer son rôle de service leader  et surtout d’accentuer le climat de confiance entre l’opérateur désigné et tous les acteurs du secteur postal. De fait avec la numérisation, note le PDG, la poste, qui se veut au cœur du développement du pays, traverse des moments difficiles de son existence. Le panel doit ainsi servir de cadre pour poser les jalons d’un nouveau départ du service postal.
Aussi, la poste compte-t-elle jouer son rôle de point de contact de l’administration dans les zones rurales aussi bien qu’urbaines. Le PDG est convaincu que la poste ‘’peut repartir de plus belle et repartira de de plus belle’’.
Quant au ministre Touré, il a expliqué que la poste avait besoin d’innovation avec l’avènement du numérique qui est d’ailleurs créateur de valeur ajoutée. Il a promis l’amélioration du plan de relance de la poste, en vue de faire face aux nouveaux défis de l’heure. Selon lui, cette nouvelle dynamique nécessite une politique de restructuration de la Poste qui consiste à transformer en profondeur l’entité postale afin d’adapter celle-ci aux besoins du marché à travers un marketing dynamique. Cette restructuration, dit-il, s’articule autour des axes majeurs, dont la mise en place de quatre (4) structures verticales orientées « métiers ». Ce sont d’abord la Poste Services, concernant le métier classique de la poste, le courrier, les Boites Postales, le transport rural. Il y a ensuite la Poste Digitale, qui exploitera les services numériques qui sont entre autres le coffre-fort numérique, les autorités de certification et de tierce confiance, l’appui à la transformation digitale des services postaux. A cela s’ajoute la Poste Finances, qui sera axée sur l’exploitation des services financiers postaux qui posera les jalons de la banque postale. Enfin la dernière structure est la Poste Mobile, qui consiste à créer un opérateur virtuel de télécommunication, basé sur les réseaux existants, pour fournir des services de téléphonie à moindre coût afin de permettre l’exploitation des services digitaux de la Poste en plus des fonctionnalités classiques d’un réseau télécom. Le processus doit prendre en compte trois aspects essentiels, à savoir les activités classiques de la poste, l’aspect financier et le poste numérique.
Il faut rappeler que le Mali est membre de l’Union Postale Universelle (UPU), qui compte 192 Pays et est une agence spécialisée des Nations Unies (ONU), établie par le Traité de Berne (Suisse) de 1874. Le service postal fut institué au Soudan français (actuel Mali) par l’administration coloniale, sous la dénomination « Poste –Télégraphe-Téléphone », PTT. Le premier bureau fut ouvert à Médine, près de Kayes. La Poste du Mali, sous son régime juridique actuel, a été créée par l’Ordonnance N° 2011012/P-RM du 20 septembre 2011. Elle a pour mission d’assurer la collecte, le tri, le transport et la distribution des courriers (Correspondances privées et officielles) ; le transport et la remise des colis postaux ; le transport des passagers au moyen des Postes Automobiles Rurales (PAR) en plus du courrier ; les transferts de fonds par l’émission et le payement des titres ; l’acheminement et la remise des valeurs et des objets précieux sous forme d’envois avec valeurs déclarées ; l’impression et la vente des timbres postes, figurines assimilées et des valeurs fiduciaires ; la concession du monopole postal moyennant paiement d’une redevance annuelle ; la réalisation aux guichets des bureaux de poste des opérations relatives aux chèques postaux, à la caisse d’Épargne, au téléphone, au télégraphe et à la télécopie publique ; la Messagerie Express.

Par Sidi Dao

Info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *