Plateforme ‟le cœur pour la Nation’’ : Un outil de rassemblement des citoyens maliens

La plateforme ‘’Le cœur pour la nation’’ a choisi  le  mémorial Modibo Keita  pour  une conférence de  presse, ce samedi 14 septembre 2019. L’objectif était d’expliquer à l’opinion nationale et internationale, les raisons de la formation  de ce nouveau   regroupement et les grands défis  qu’il s’est fixé  pour un  retour à la paix,  à la stabilité  et   à la formation d’un citoyen de type nouveau au Mali.  Composée de plusieurs  membres de la société civile, d’acteurs politiques, de religieux ou encore  de représentants  d’organisations de jeunes, la plateforme ’’ Le cœur pour la nation’’ s’est démarquée de par sa composition.

 

Placé sous la  présidence de El Hadji Cheick Mohamed Macky Bah, chef de mission et  premier responsable de la plateforme, ‘’ Le cœur pour la nation’’ était fortement représentée à cette rencontre  par Alioune Gueye, secrétaire exécutif ; Gaoussou Coulibaly, porte-parole ; Souleymane Satigui Sidibé, président du conseil national de la jeunesse et porte-parole ; Gérôme Thiénou, représentant des jeunes évangéliques au Mali et porte-parole ; Mme Haidara Djeneba Sy, également porte-parole, etc. Avec comme objectif de créer l’espoir au sein de la population et de stimuler   la réflexion de cette   nouvelle génération sur les actions à mener contre la crise multidimensionnelle du Mali.  La plateforme ‘’Le cœur pour la nation’’ s’est  présentée   comme un outil de rassemblement des citoyens engagés et patriotes.  Car, ses initiateurs ont estimé que la dernière élection présidentielle au Mali, malgré sa tenue à la date indiquée,   a contribué fortement à  étendre les divisions  déjà   crées  par la crise  sécuritaire de 2012, à ne pas dire,  au-delà  des  classes  politiques.   C’est pourquoi, selon ses initiateurs, des groupes  de citoyens de  tout âge et de tous bords confondus   (opposition-majorité-société civile et syndicat) ont jugé nécessaire  de se réunir  dans un seul et unique regroupement au nom  de l’intérêt supérieur  de la nation. Pour ce sursaut patriotique, le porte-parole Gaoussou Coulibaly a expliqué que l’une des grandes différences de la plate-forme est la divergence des idées à cause de la diversité des  membres qui la compose, et ensuite les contradictions internes au moment de la prise de chaque décision. Selon lui l’idéal recherché est la formation d’un citoyen de type nouveau. Pour le chef de mission,  El Hadji Cheick Mohamed Macky Bah, une crise peut bien durer dans le temps, mais atteindre de telle durée, avec des clivages  ethniques  et religieuses inquiétantes,  mérite bien de se poser des questions sur les véritables causes et la nature de cette crise.  M. Bah a  déclaré dans son allocution,  la nécessité pour  chacun de  mettre de côté ses divergences partisanes  afin d’organiser un dialogue franc et sincère,  entre tous les fils de la nation. Cela,   afin   de  situer les responsabilités de tous d’où le nom même  de la plate-forme ‘’Le cœur pour la nation’’. Selon le chef de mission,  la plus grande difficulté  chez le Malien est de faire  des  jugements  en fonction de la  seule coloration politique de l’autre sans aucun  critique  préalable. Sur ce point, le chef de mission argumente que si  on retrouve de l’or dans du déchet, on le nettoie de ses  impuretés  au lieu de s’en débarrasser.

En ce qui concerne le président du Conseil national de la jeunesse, M. Souleymane Satigui Sidibé, il a signalé  que tout le problème du Mali se trouve au niveau de la non-communication de la vérité au peuple. Pour trouver une solution à un problème selon lui, il faut  premièrement savoir la nature du  problème en question  auquel on fait  face.  Une problématique sur laquelle  personne ne pourra se prononcer clairement dessus. À ses dires, on aime transférer toujours les  responsabilités concernant la crise malienne. Tantôt les rebelles, tantôt le gouvernement, souvent  les politiciens ou encore les religieux. Mais Sidibé a quand même refusé les accusations faites de part et d’autre contre les Peuhls et les Dogons. Selon lui, le problème du Mali  se trouve à tous les niveaux et  dans chaque famille,  d’où la nécessité  de  faire un vrai diagnostic afin  que   chacun   assume sa propre responsabilité, plus particulièrement la jeunesse. Pour lui, la jeunesse a une grande part de responsabilité dans cette situation, car elle doit enfin briser le cycle en acceptant de faire face aux défis et aux enjeux du moment. Après le présent  point de presse,  la nouvelle plate-forme a indiqué  l’organisation  dans un bref délai d’une journée de réflexion pour donner …

ISSA DJIGUIBA

Source : Le Pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *