Plate forme de la société civile : FASO DANBE réclame à l’Etat une solution rapide aux problèmes du Nord

Plus de 80 couches de la société civile du mali ont accepté de s’engager pour une société crédible, organisée, formée et active dénommée plateforme  FASO DANBE. Cela dans le but répondre à l’aspiration du peuple malien.

oumar tatam ly premier ministre chef gouvernement campagne agricole apcam bakary togola conference

 

 

Les responsables de cette  plate-forme ont animé une conférence de presse, le samedi 19 avril 2014 à la bourse de travail  pour informer l’opinion nationale et internationale de l’existence d’une société civile forte (plate-forme FASO DANBE).

 

Nul n’est sans savoir  que le développement d’un pays nécessite le dénouement et l’engagement patriotique de sa population. Cela réclame une organisation de ce peuple.

 

Pour FASO DANBE, la crédibilité est le socle de la durée de vie de cette organisation pour atteindre un développement à hauteur de souhait.

 

Fort des expériences des différents régimes du 22 septembre 1960 à nos jours, le constat de FASO DANBE  prouve un échec. Cette défaite ne s’aurait être un regret car elle a été préparée et exécutée par des maliens et suivi par tous. La principale cause de cet échec pourrait être l’abandon de nos valeurs ancestrales tel que l’honneur ( DANBE) dans la patrie (FASO) donc  les responsables du pays ont entrainé le peuple dans la logique du mensonge, du  vol, de l’impunité, la trahison, le détournement etc.… Ce résultat des vingt ans prouve que la société civile malienne n’a pas répondu aux attentes, a estimé le président de la plate-forme FASO DANBE, Etienne Oumar Goita.

 

A travers cette conférence de presse, la plate-forme FASO DANBE recommande à l’Etat une solution rapide aux problèmes du nord, de gérer les affaires du pays avec patriotisme sans distinction, de mettre le pays au-dessus de tout etc.…

 

Regroupant plusieurs composantes de la société civile malienne, la plateforme FASO DANBE est un regroupement apolitique, non discriminatoire et a pour objectif entre autres : ‘’ Sauvegarder les valeurs ancestrales du pays, lutter contre la corruption, la délinquance financière, la spéculation foncière et les inégalités sociales.

Négus TRAORE

 

 

Plus de 44 mille réfugiés maliens hésitent encore à renter chez eux.

 

T-shirt et un pantalon jeans et des chausseurs en plastique, voilà tout ce que porte Hadi Mohamed, jeune réfugié malien au Niger, sur son corps mince. A 22 ans, il porte le titre de président de la commission des jeunes.

 

Et avec le coucher du soleil de chaque jour, Hadi regroupe les jeunes réfugiés maliens pour étudier leurs problèmes pour les porter ensuite aux responsables du camp de « Mangayzi », situé à quelque 145  km de la  capitale Niamey.
Lui et beaucoup de ses compatriotes vivant dans ce camp rêvent d’un retour au Mali pour rejoindre les 4000 réfugiés qui ont préféré de rentrer chez eux suivant les données du haut commissariat au réfugiés.
L’année dernière le HCR a pu faire retourner quelque 3396 réfugiés des 50 mille qui vivent au Niger. Pour ceux qui continuent encore à vivre dans ce pays, il est obligé de continuer à leur apporter assistance pour atténuer les souffrances auxquelles ils font face dans leur exil forcé. Environ 15 dollars par réfugié et par mois ! Des réfugiés qui, malgré leur désir de rentrer chez eux, risquent d’attendre encore que les conditions soient réunies pour réaliser ce vœu.

 

SOURCE: Le Pays
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *